Aide Médicale à Mourir : le Manitoba protège l’objection de conscience des soignants

 Imprimer

Thématique : Droits et libertés / Clauses de conscience

Actualités - Canada

Publié le : 01/06/2017

Le gouvernement du Manitoba a déposé un projet de loi provincial visant à protéger l'objection de conscience du personnel médical et la liberté des établissements de santé en matière de fin de vie.

Au Canada, l'Aide Médicale à Mourir est décriminalisée par une loi fédérale depuis juin 2016. Cette loi n'oblige personne à fournir cette prestation « attendu que chacun jouit de la liberté de conscience et de religion ». Cependant, elle reconnaît comme compétence des provinces la réglementation des professions de la santé ; c'est pourquoi, afin d'assurer une double protection à l'objection de conscience, la province du Manitoba empêchera aux organismes de réglementation de profession de mettre en place des règles ou des normes obligeant à fournir l'aide médicale à mourir ou à participer à sa prestation.
Le texte ne fait pas l'unanimité, Dying With Dignity Canada soupçonne le Gouvernement Pallister de vouloir limiter, voire de supprimer, l'accès à l'assistance médicale à mourir dans le Manitoba, tandis que d'autres affirment que l'objection de conscience est une entrave à l'accès aux soins du patient. C'est notamment le cas d'Arthur Schafer, directeur fondateur du Centre for Professional and Applied Ethics, qui estime que l'objection de conscience ou les valeurs religieuses d'un médecin ne devraient en aucun cas prendre l'ascendant sur l'autonomie du patient.

De son côté, le syndicat des infirmiers du Manitoba s'est dit rassuré par cette mesure sécurisant l'emploi du personnel ne souhaitant pas concourir à l'aide médicale à mourir en écartant toute mesure disciplinaire à cet égard.
Au moins trois institutions médicales de Winnipeg se sont déjà opposées à fournir l'aide médicale à mourir.

Dossier : La liberté des institutions de soins eu égard à la pratique de l'euthanasie

Source : Winnipeg Sun


Articles similaires

France : pharmaciens privés du droit à l’objection de conscience.

- Clauses de conscience

Le 7 octobre 2011, le Conseil de l'Europe votait le droit à l'objection de conscience pour toutes les "professions médicales". En France pourtant, les pharmaciens, qui n'entrent pas sous cette appellation, en sont toujours privés. Bien qu'il soit précisé dans le Code de déontologie que "le pharmacien exerce sa mission dans le respect de la vie et de la personne humaine", ceux-ci ne bénéficient pas de leur liberté de conscience aujourd'hui. Hospitaliers ou en officine, les pharmaciens se voient...

Lire la suite

Participez au colloque "Bioethics & Conscience" le 4 octobre à Bruxelles !

Participez au colloque "Bioethics & Conscience" le 4 octobre à Bruxelles !

- Clauses de conscience

Over the last few years, in Europe and Western countries, freedom of conscience of healthcare professionals has been progressively challenged as legal access to certain ethically controversial practices has expanded. This trend raises fundamental questions about the definition of healthcare and medicine, about access to certain healthcare professions, and more fundamentally about the right to conscientious objection of healthcare professionals and the freedom of healthcare instituti...

Lire la suite

Espagne : atteintes à la liberté de conscience

Espagne : atteintes à la liberté de conscience

- Clauses de conscience

La liberté de conscience du personnel médical est fréquemment menacée en Espagne depuis la loi de juillet 2010. C'est ce qu'écrivent l'Association Nationale pour la Défense du droit à l'Objection de Conscience (ANDOC) et le European Centre for Law & Justice. Ces deux associations viennent en effet d'organiser une conférence à Strasbourg au cours de laquelle elles ont présenté un rapport à ce sujet.
Il est à noter notamment que la loi espagnole soumet les objecteurs de conscience à une déclarat...

Lire la suite