USA : naissance du premier enfant avec trois parents

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Procréation médicalement assistée

Actualités

Publié le : 29/09/2016

Ce mardi 27 septembre, l'ASRM (American Society for Reproductive Medicine) a annoncé la naissance d'un bébé conçu avec le matériel génétique de deux femmes et d'un homme.
Une femme avait donné naissance à deux enfants, atteints et aujourd'hui décédés du syndrome de Leigh, une maladie héréditaire maternelle. Pour essayer de minimiser la transmission des gènes responsables de ce syndrome, une équipe médicale internationale menée par le Dr John Zhang, du Centre New Hope Fertility à New York, a transféré le matériel génétique de cette femme dans l'ovule préalablement énucléé d'une donneuse.
Cette technique de conception assistée, qui implique que l'enfant soit issu du matériel génétique de trois personnes, n'est pas autorisée aux Etats-Unis. Elle a été réalisée au Mexique où l'enfant est né au mois d'avril dernier.
Même si les chercheurs estiment que l'ADN mitochondrial ne représente que moins de 1 % de la quantité totale d'ADN contenue dans chaque cellule, cette technique pose de graves questions éthiques.
Tout d'abord, ces modifications génétiques et épigénétiques, quand bien même elles épargneraient des souffrances aux enfants à naître et à leur famille, ne sont-elles pas un geste médical à portée eugéniste ? En effet, on ne soigne pas la maladie du futur bébé, mais on modifie génétiquement les gamètes donneuses en vue d'une procréation non défectueuse.
Par le transfert dans un embryon d'une mitochondrie d'une tierce personne une nouvelle barrière est franchie. Pour la première fois, un être humain serait génétiquement manipulé, ce qui aura un impact sur toute sa descendance.
De plus, il faudra nécessairement faire appel à des femmes qui devront, après traitement hormonal, donner des ovocytes sains pour en extraire les mitochondries.  Quand on sait ce que représente le marché des « dons » ovocytaires, on se doit de rester prudent.
Enfin, se pose la question des origines de l'enfant : celui-ci connaîtra-t-il ses origines extra-parentales ? En viendra-t-on à dire que l'enfant a trois parents, mais qu'il n'en connaîtra que deux ?

Infographie: Alliance Vita - Source : Magazine Science


Articles similaires

Les bébés "à-trois-parents"

Les bébés "à-trois-parents"

- Procréation médicalement assistée

Nouveau DOSSIER :  ICI
La presse s'est récemment fait écho de cette nouvelle prouesse biomédicale permettant la naissance d'un enfant après le transfert du « noyau » d'un ovule dans un autre.

Objectif ? Permettre à une femme porteuse d'une maladie mitochondriale sévère de transmettre à l'enfant conçu ses gènes, sans prendre toutefois le risque de lui transmettre en même temps la maladie qui l'accable. Quelques mois après la naissance d'un premier bébé du genre, le succès semble total. Mais de...

Lire la suite

Australie : la FIV pour choisir le sexe de l’enfant ?

Australie : la FIV pour choisir le sexe de l’enfant ?

- Procréation médicalement assistée

En Australie, le Conseil national sur la santé et la recherche médicale (NHMRC) consulte les citoyens australiens sur un projet de recommandations éthiques relatif à la procréation médicalement assistée. Il s'agit entre autres d'élargir le recours à la Fécondation in vitro (FIV) et au Diagnostic Pré-implantatoire (DPI), techniques médicales initialement réservées à des couples stériles, pour les autoriser aux couples fertiles, dans le seul but de leur permettre de sélectionner un embryon pour ...

Lire la suite

Belgique : première naissance grâce à une autogreffe de tissu ovarien prélevé avant la puberté

Belgique : première naissance grâce à une autogreffe de tissu ovarien prélevé avant la puberté

- Procréation médicalement assistée

Le mercredi 10 juin 2015, une équipe médicale de l'hôpital bruxellois Erasme, dirigée par le Dr. Isabelle Demeestere, a annoncé à la communauté scientifique un exploit médical. Grâce à une greffe de tissus ovariens cryopréservés, elle a permis à une jeune femme de 27 ans d'accoucher de son premier enfant en novembre 2014.
Cette femme, atteinte depuis son enfance d'une drépanocytose, avait subi à 5 ans de lourds traitements risquant de provoquer sa stérilité. En prévention, les médecins avaient...

Lire la suite