Un certain type de FIV augmente le risque de retard mental

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Procréation médicalement assistée

Actualités

Publié le : 18/07/2013

Selon une étude publiée dans le Journal of American Medical Association, une méthode de fécondation in vitro (FIV), appelée ICSI (Intra Cytoplasmic Sperm Injection), augmente le risque, pour l'enfant qui en est issu, de développer un retard mental. L'étude  a porté sur un échantillon de 2,5 millions d'enfants nés en Suède entre 1982 et 2007. Au sein de cet échantillon, 30 959 enfants nés après fécondation in vitro ont plus particulièrement été étudiés par les chercheurs basés au Royaume-Uni et aux Etats-Unis. Ils ont comparé six méthodes de FIV différentes, utilisées en Suède, ainsi que l'utilisation ou non d'embryons congelés.
Il ressort des travaux que les enfants nés par ICSI "avaient [...] 51% de chances supplémentaires de développer un retard mental, par rapport à ceux nés d'une FIV pratiquée avec une autre procédure - la prévalence du retard mental passant de 62 à 93 cas pour 100 000".
L'ICSI est une méthode utilisée dans environ la moitié des FIV, en particulier dans les cas d'infertilité masculine. Elle consiste à introduire directement le spermatozoïde sélectionné dans l'ovocyte. Source : AFP 02/07/2013

Voir aussi la Fiche didactique de l'IEB ICI
 


Articles similaires

Risque plus élevé d’hypertension artérielle chez les personnes conçues par PMA

Risque plus élevé d’hypertension artérielle chez les personnes conçues par PMA

- Procréation médicalement assistée

Une étude réalisée par des chercheurs suisses a montré que les enfants issus de la procréation médicalement assistée (PMA) présentaient un vieillissement vasculaire prématuré et persistant, qui favorise l'hypertension artérielle.

L'étude porte sur 54 adolescents en bonne santé et issus de la PMA, aussi bien par fécondation in vitro que par injection intra-cytoplasmiques (ICSI) de spermatozoïdes. Elle compare ce groupe à un ensemble de 43 jeunes appariés selon l'âge et le sexe, conçus naturell...

Lire la suite

Traitements contre la stérilité, une bombe à retardement

Traitements contre la stérilité, une bombe à retardement

- Procréation médicalement assistée

D'après une nouvelle étude de chercheurs français, les enfants nés de femmes ayant pris, afin de tomber enceinte, un médicament prescrit en cas de stérilité risquent deux fois plus que les autres de développer une leucémie.

En effet, les scientifiques du Centre de recherche de l'Inserm en épidémiologie et santé des populations, basé à Villejuif, ont étudié près de 2 500 enfants, dont 764 souffraient de leucémie aiguë, et se sont penchés sur les antécédents obstétricaux des mères. Ils ont déco...

Lire la suite

Belgique : l’oncofreezing pour pallier les risques d’infertilité

Belgique : l’oncofreezing pour pallier les risques d’infertilité

- Procréation médicalement assistée

Entre la mi-avril 2017 et la mi-janvier 2018, 303 patients atteints d'un cancer ont fait congeler leur matériel génétique destiné à la reproduction (ovules et sperme). Parmi eux, 209 hommes et 94 femmes. 30 personnes avaient moins de 16 ans.

Cette technique de l' « oncofreezing »  est principalement appliquée chez les jeunes patients devant subir un traitement lourd qui pourrait affecter leur fertilité, tel que la chimiothérapie, explique le cabinet de la ministre de la Santé. "Grâce à cette ...

Lire la suite