Suisse : nouveauté : des coaches en désir d’enfant soutiennent les couples infertiles

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Procréation médicalement assistée

Actualités

Publié le : 05/04/2018

En Suisse, de 10 à 15% des couples sont confrontés à des problèmes d'infertilité.

L'infertilité, physique ou psychologique, s'apparente à une crise existentielle pour de nombreuses femmes, comparables à un burn-out. Consciente de l'urgence liée à son âge, c'est la femme qui en souffre le plus, alors qu'elle n'est pas plus souvent que l'homme la cause de l'infertilité du couple (en Suisse, 30% des cas d'infertilité sont d'origine masculine, 30% d'origine féminine, 20% d'origine mixte et 20% d'origine inconnue).

En 2016, 6.049 couples ont bénéficié d'une PMA (Procréation médicalement assistée). La majeure partie des couples infertiles sont en bonne santé psychique au départ, explique le Dr Isabelle Streuli, responsable de l'unité de médecine de la reproduction aux HU de Genève. Mais en cas d'échecs répétés ou d'issues défavorables au traitement, l'incompréhension et l'anxiété s'installent.

La principale source de cette souffrance serait la perte de contrôle, renforcée par l'usage de la contraception: « Pendant de nombreuses années, l'accent a été mis sur l'évitement des grossesses non désirées. Or, cela donne l'illusion qu'on peut décider du moment où survient une grossesse dès qu'un projet d'enfant est formulé… Il y a une forme d'impatience, et l'illusion qu'avec les techniques existant aujourd'hui on peut tout maîtriser ».

En Allemagne et en Suisse, des « coaches en désir d'enfant » proposent depuis peu des accompagnements personnalisés pour soutenirles couples, une aide psychologique axée sur le concret et peu médicalisée.

Jacqueline Comte, coach, explique que le but du soutien offert aux couples n'est pas de leur faire arrêter de penser à leur envie de grossesse, mais de les déculpabiliser, de changer leur façon d'y penser. C'est comme si la vie s'arrêtait dans l'attente de l'enfant. Or il faut se remettre à exister, même dans l'attente. L'objectif est aussi de sortir la femme du tourbillon de dévalorisation et d'angoisse pour qu'elle recommence à s'aimer telle qu'elle est.

 Source : Le Temps


Articles similaires

Deux enfants conçus après le décès de leur père

Deux enfants conçus après le décès de leur père

- Procréation médicalement assistée

La loi du 6 juillet 2007 relative à la procréation médicalement assistée autorise la conception d'un enfant après le décès du père. La loi impose qu'il soit fait expressément mention de ce projet dans la convention passée entre les auteurs du projet parental et le centre de fécondation.
En outre, l'insémination ou l'implantation ne peuvent être effectuées au plus tôt six mois après la mort du papa et au plus tard deux ans après son décès.
Selon la vice-Première PS, Laurette Onkelinx, 5 fertili...

Lire la suite

Australie : la FIV pour choisir le sexe de l’enfant ?

Australie : la FIV pour choisir le sexe de l’enfant ?

- Procréation médicalement assistée

En Australie, le Conseil national sur la santé et la recherche médicale (NHMRC) consulte les citoyens australiens sur un projet de recommandations éthiques relatif à la procréation médicalement assistée. Il s'agit entre autres d'élargir le recours à la Fécondation in vitro (FIV) et au Diagnostic Pré-implantatoire (DPI), techniques médicales initialement réservées à des couples stériles, pour les autoriser aux couples fertiles, dans le seul but de leur permettre de sélectionner un embryon pour ...

Lire la suite

Tourisme procréatif et choix du sexe de l'enfant

Tourisme procréatif et choix du sexe de l'enfant

- Procréation médicalement assistée

Les quotidiens Gazet van Antwerpen et Het Belang van Limburg ont révélé une affaire de tourisme procréatif permettant à des couples néerlandais de se rendre en Belgique afin de pouvoir choisir le sexe de leur enfant. Le système a été mis au point par un homme d'affaires néerlandais, Bert van Delen, et un gynécologue de Borgerhout, Frank Sterckx.
Les couples s'inscrivaient sur le site de Bert van Delen qui les mettait en relation avec le gynécologue. Celui-ci procédait à des inséminations après...

Lire la suite