Royaume-Uni : troc douteux d’ovocytes contre une FIV gratuite

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Procréation médicalement assistée

Actualités

Publié le : 11/05/2017

Au Royaume-Uni, une enquête sous couverture du Daily Mail dénonce certaines pratiques déviantes dans des cliniques spécialisées en fécondation in vitro (FIV). Dès la publication de l'enquête, le Human Fertility and Embryology Authority (HFEA), organisme de surveillance de la profession, a annoncé qu'il lançait ses propres investigations auprès des cliniques concernées et, le cas échéant, prendrait des mesures.

Exprimant leur incapacité à financer un cycle de procréation médicalement assistée, un couple de journalistes s'est vu proposer d'échanger la moitié de ses ovocytes sains contre un cycle gratuit. Le directeur de la clinique en question leur a expliqué que son établissement pouvait se permettre d'offrir des cycles de PMA aux donneurs d'ovocytes puisque ces mêmes gamètes permettraient de générer quelques 6.000 £ de bénéfices en les utilisant chez un autre couple dont les ovocytes seraient défaillants.

Pour encourager ce système, des infirmières présentent au cours de discussions informelles le « partage » de gamètes comme semblable à un don du sang puisqu'en aucun cas il ne s'agit d'un bébé, ce sont « juste » des gamètes. Inutile de rappeler que les embryons conçus avec ces gamètes porteront l'ADN du donneur.

Il a également été demandé aux enquêteurs masqués de taire les aspects financiers d'un éventuel don puisque le personnel médical est censé s'assurer d'une motivation parfaitement altruiste et non pécuniaire avant de procéder au prélèvement des gamètes. Il est en effet illégal au Royaume-Uni de vendre ses gamètes. Une « compensation » de 750 £ est tout de même accordée au donneur.

En visualisant les images tournées en caméra cachée, le pionner de la FIV, Lord George Winston, a déploré une instrumentalisation de la détresse financière des femmes désirant désespérément avoir un enfant : « Je crains que certains de mes confrères n'aient pas de sens moral ni éthique. ».


Articles similaires

Traitements contre la stérilité, une bombe à retardement

Traitements contre la stérilité, une bombe à retardement

- Procréation médicalement assistée

D'après une nouvelle étude de chercheurs français, les enfants nés de femmes ayant pris, afin de tomber enceinte, un médicament prescrit en cas de stérilité risquent deux fois plus que les autres de développer une leucémie.

En effet, les scientifiques du Centre de recherche de l'Inserm en épidémiologie et santé des populations, basé à Villejuif, ont étudié près de 2 500 enfants, dont 764 souffraient de leucémie aiguë, et se sont penchés sur les antécédents obstétricaux des mères. Ils ont déco...

Lire la suite

Royaume-Uni : réduire les dépenses en matière de procréation médicalement assistée

Royaume-Uni : réduire les dépenses en matière de procréation médicalement assistée

- Procréation médicalement assistée

Confrontée à une exigence de 22 milliards de livres d'économies au cours des cinq prochaines années, la NHS (National Health Service) envisage de réduire fortement le montant de la prise en charge et la fréquence des remboursements de la PMA au Royaume-Uni.
Le groupe Somerset Clinical Commissioning a annoncé qu'à partir du mois d'avril, un seul cycle de FIV serait remboursé par la NHS, et que pour réduire le temps d'attente des couples stériles, ceux qui avaient déjà un enfant, ne seraient plu...

Lire la suite

Tourisme procréatif d’ovocytes : les françaises débarquent en Belgique

Tourisme procréatif d’ovocytes : les françaises débarquent en Belgique

- Procréation médicalement assistée

L'Inspection générale des affaires sociales de France vient de publier une étude intitulée « Etat des lieux et perspectives du don d'ovocyte en France ». Cette étude nous apprend que ces dernières années, entre 200 et 300 françaises se rendent chaque année en Belgique afin de bénéficier d'un don d'ovocyte(s).
Les auteurs expliquent ces chiffres par l'extrême libéralité de la loi belge  et par le nombre important de donneuses favorisé par une indemnisation généreuse allant parfois jusqu'à 1000 ...

Lire la suite