Risque plus élevé d’hypertension artérielle chez les personnes conçues par PMA

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Procréation médicalement assistée

Actualités

Publié le : 20/09/2018

Une étude réalisée par des chercheurs suisses a montré que les enfants issus de la procréation médicalement assistée (PMA) présentaient un vieillissement vasculaire prématuré et persistant, qui favorise l'hypertension artérielle.

L'étude porte sur 54 adolescents en bonne santé et issus de la PMA, aussi bien par fécondation in vitro que par injection intra-cytoplasmiques (ICSI) de spermatozoïdes. Elle compare ce groupe à un ensemble de 43 jeunes appariés selon l'âge et le sexe, conçus naturellement. Les chercheurs ont ainsi constaté que les personnes conçues par PMA présentaient un vieillissement prématuré des vaisseaux, sans avoir détecté d'autres facteurs de risques cardio-vasculaires classiques. Ces résultats confirment une première étude réalisée cinq ans plus tôt chez ces mêmes personnes.

La surveillance de leur pression artérielle ambulatoire sur 24 heures a montré que la pression artérielle systolique et diastolique était en moyenne plus élevée dans les jeunes issus de la PMA (119.8/71.4 mmHg) par rapport aux jeunes issu de la conception naturelle (115.7/69.1 mmHg). Par ailleurs, 8 jeunes conçus par PMA présentaient une hypertension artérielle (>130/80 mmHg), contre un seul parmi les jeunes conçus naturellement. Un constat que le Dr. Emrush Rexhaj, auteur principal de l'étude et directeur d'hypertension artérielle et de médicament d'altitude à l'Université de Berne, juge « préoccupant ». Il précise néanmoins que les conséquences sur le long-terme ne sont pas encore connues, étant donné le caractère relativement récent des méthodes de PMA.

Source : Journal of the American College of Cardiology - The Telegraph


Articles similaires

Un certain type de FIV augmente le risque de retard mental

Un certain type de FIV augmente le risque de retard mental

- Procréation médicalement assistée

Selon une étude publiée dans le Journal of American Medical Association, une méthode de fécondation in vitro (FIV), appelée ICSI (Intra Cytoplasmic Sperm Injection), augmente le risque, pour l'enfant qui en est issu, de développer un retard mental. L'étude  a porté sur un échantillon de 2,5 millions d'enfants nés en Suède entre 1982 et 2007. Au sein de cet échantillon, 30 959 enfants nés après fécondation in vitro ont plus particulièrement été étudiés par les chercheurs basés au Royaume-Uni et...

Lire la suite

Risque plus élevé de cancer chez les enfants conçus par FIV avec anomalie congénitale

Risque plus élevé de cancer chez les enfants conçus par FIV avec anomalie congénitale

- Procréation médicalement assistée

Une étude parue fin octobre 2020 dans la revue JAMA Network Open (Journal of the American Medical Association) montre que parmi les enfants nés avec une anomalie congénitale, ceux conçus par fécondation in vitro (FIV) ont un risque plus élevé de développer un cancer que ceux conçus naturellement. L'étude s'est basée sur 1 000 639 enfants conçus naturellement, et 52 776 conçus par FIV, entre 2004 et 2016 dans le Massachusetts, en Caroline du Nord, à New York et au Texas. Les enfants ont été...

Lire la suite

Belgique : première naissance grâce à une autogreffe de tissu ovarien prélevé avant la puberté

Belgique : première naissance grâce à une autogreffe de tissu ovarien prélevé avant la puberté

- Procréation médicalement assistée

Le mercredi 10 juin 2015, une équipe médicale de l'hôpital bruxellois Erasme, dirigée par le Dr. Isabelle Demeestere, a annoncé à la communauté scientifique un exploit médical. Grâce à une greffe de tissus ovariens cryopréservés, elle a permis à une jeune femme de 27 ans d'accoucher de son premier enfant en novembre 2014.
Cette femme, atteinte depuis son enfance d'une drépanocytose, avait subi à 5 ans de lourds traitements risquant de provoquer sa stérilité. En prévention, les médecins avaient...

Lire la suite