Pays-Bas : vers un contrôle renforcé des cliniques de procréation médicalement assistée

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Procréation médicalement assistée

Actualités

Publié le : 19/10/2016

La Ministre de la Santé néerlandaise Edith Schippers s'est récemment saisie d'un dossier préoccupant dans le secteur de la procréation médicalement assistée (PMA). Plusieurs plaintes ont en effet été formulées quant au manque de contrôle du nombre de dons de sperme pour chaque donneur, mais aussi quant à la disponibilité des données pour les enfants qui recherchaient « leur » donneur.

Sur base du rapportGeassisteerde voortplanting met gedoneerde gameten en gedoneerde embryo's en draagmoederschap' de la Nederlandse Vereniging voor Obstetrie en Gynaecologie (NVOG) publié par l'inspection des soins de santé, la Ministre Schippers a assuré que tout était en ordre dans les 13 cliniques qui pratiquent la fécondation in vitro et dans les 4 banques de sperme.
L'inspection déplore toutefois la grande variabilité de pratiques médicales d'une clinique à l'autre, que ce soit par rapport à l'utilisation de sperme de donneurs étrangers, ou de l'analyse sérologique des donneurs nationaux. L'inspection des soins de santé souhaite uniformiser la façon de faire de chacun des centres de PMA.
Les services de santé ont également observé un changement de profil chez les femmes ayant recours à une FIV hétérogène (avec don de sperme) : de plus en plus de femmes lesbiennes ou de femmes seules, qui n'ont pas de problèmes de fertilité, se procurent elles-mêmes un donneur et font ensuite appel à un centre de PMA pour se faire inséminer. C'est un changement fondamental par rapport au passé, où les couples infertiles étaient les principaux bénéficiaires de la FIV.
L'inspection n'a pu donner de chiffres exacts. C'est pourquoi elle souhaite que les centres puissent collecter certaines données et travailler de concert, surtout en vue d'informer en toute transparence sur les dons de sperme et les enfants nés de dons de sperme.
Source : Nederlandse Vereniging voor Obstetrie en Gynaecologie


Articles similaires

Chiffres et pratique de la Procréation Médicalement assistée en Belgique

Chiffres et pratique de la Procréation Médicalement assistée en Belgique

- Procréation médicalement assistée

Dossier de l'IEB

Depuis 1978, année de naissance du premier bébé né par fécondation in vitro, le nombre d'enfants conçus de cette manière s'élève à 5,4 millions dans le monde entier. La grande majorité des traitements de PMA est réalisée en Europe. En 2014, il y eut 707.171 cycles entrepris sur le continent, donnant lieu à 146.232 naissances.

Les techniques de procréation médicalement assistée se sont beaucoup développées depuis 40 ans en Belgique, pays pionnier dans la pratique. Il compte a...

Lire la suite

Limiter le recours aux procréations médicalement assistées en  Belgique ?

Limiter le recours aux procréations médicalement assistées en Belgique ?

- Procréation médicalement assistée

Ce 23 octobre 2012, une proposition de loi a été déposée par Mme Elke Sleurs et consorts (doc 5-1816/1), afin d'instaurer une obligation d'échange d'information préalable à chaque traitement de l'infertilité.

Les auteurs partent d'un constat : l'augmentation constante du nombre de traitements de l'infertilité (2000 patients par 1 000 000 d'habitants, alors que la moyenne européenne tourne autour de 500) et des remboursements toujours plus généreux. L'IST (Instituut voor Samenleving en Techno...

Lire la suite

Royaume-Uni : réduire les dépenses en matière de procréation médicalement assistée

Royaume-Uni : réduire les dépenses en matière de procréation médicalement assistée

- Procréation médicalement assistée

Confrontée à une exigence de 22 milliards de livres d'économies au cours des cinq prochaines années, la NHS (National Health Service) envisage de réduire fortement le montant de la prise en charge et la fréquence des remboursements de la PMA au Royaume-Uni.
Le groupe Somerset Clinical Commissioning a annoncé qu'à partir du mois d'avril, un seul cycle de FIV serait remboursé par la NHS, et que pour réduire le temps d'attente des couples stériles, ceux qui avaient déjà un enfant, ne seraient plu...

Lire la suite