Pays-Bas : vers un contrôle renforcé des cliniques de procréation médicalement assistée

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Procréation médicalement assistée

Actualités

Publié le : 19/10/2016

La Ministre de la Santé néerlandaise Edith Schippers s'est récemment saisie d'un dossier préoccupant dans le secteur de la procréation médicalement assistée (PMA). Plusieurs plaintes ont en effet été formulées quant au manque de contrôle du nombre de dons de sperme pour chaque donneur, mais aussi quant à la disponibilité des données pour les enfants qui recherchaient « leur » donneur.

Sur base du rapportGeassisteerde voortplanting met gedoneerde gameten en gedoneerde embryo's en draagmoederschap' de la Nederlandse Vereniging voor Obstetrie en Gynaecologie (NVOG) publié par l'inspection des soins de santé, la Ministre Schippers a assuré que tout était en ordre dans les 13 cliniques qui pratiquent la fécondation in vitro et dans les 4 banques de sperme.
L'inspection déplore toutefois la grande variabilité de pratiques médicales d'une clinique à l'autre, que ce soit par rapport à l'utilisation de sperme de donneurs étrangers, ou de l'analyse sérologique des donneurs nationaux. L'inspection des soins de santé souhaite uniformiser la façon de faire de chacun des centres de PMA.
Les services de santé ont également observé un changement de profil chez les femmes ayant recours à une FIV hétérogène (avec don de sperme) : de plus en plus de femmes lesbiennes ou de femmes seules, qui n'ont pas de problèmes de fertilité, se procurent elles-mêmes un donneur et font ensuite appel à un centre de PMA pour se faire inséminer. C'est un changement fondamental par rapport au passé, où les couples infertiles étaient les principaux bénéficiaires de la FIV.
L'inspection n'a pu donner de chiffres exacts. C'est pourquoi elle souhaite que les centres puissent collecter certaines données et travailler de concert, surtout en vue d'informer en toute transparence sur les dons de sperme et les enfants nés de dons de sperme.
Source : Nederlandse Vereniging voor Obstetrie en Gynaecologie


Articles similaires

Flandre : près de 6% des femmes ayant accouché ont eu recours aux techniques de procréation médicale

Flandre : près de 6% des femmes ayant accouché ont eu recours aux techniques de procréation médicale

- Procréation médicalement assistée

L'étude « Perinatale activiteiten in Vlaanderen 2011 » livre certaines informations notamment quant à l'importance croissante des techniques de procréation médicalement assistée en Flandre.
Et par exemple : en 2011 pour la Flandre, 5,8% des femmes qui ont accouché ont eu recours à une aide à la procréation (stimulation hormonale, FIV et ICSI)*
À noter qu'en 1991, la seule stimulation hormonale représentait 70% des actes de PMA. Aujourd'hui, les actes de PMA donnent la part  belle à la FIV et à...

Lire la suite

Procréation médicalement assistée : qu'en dit la Cour européenne des droits de l'homme?

Procréation médicalement assistée : qu'en dit la Cour européenne des droits de l'homme?

- Procréation médicalement assistée

Don de gamètes, insémination post mortem, anonymat du don, accès aux origines, ...

La Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) a eu l'occasion de se prononcer à plusieurs reprises, ces dernières années, au sujet de la légalisation de certaines techniques de procréation médicale assistée (PMA), et de leur articulation avec les droits fondamentaux.

L'Institut Européen de Bioéthique vous propose une synthèse de la jurisprudence de la CEDH publiée à ce jour sur cette question : 

Cour europé...

Lire la suite

Procréation médicale : l'AR à peine arrivé, déjà retiré

Procréation médicale : l'AR à peine arrivé, déjà retiré

- Procréation médicalement assistée

En juillet 2012, dans un train de mesures d'économies approuvé par la Commission nationale médico-mutuelliste (CNMM) figuraient notamment l'abaissement de l'âge du remboursement de la FIV de 43 à 41 ans ainsi que la limitation du nombre d'IIU (Insémination Intra-Utérine) à 6 essais par patiente.
Six mois plus tard, paraît enfin l'arrêté royal au Moniteur belge. Mais de suite, le monde de la fertilité réagit en disant qu'il ne tient pas la route. En effet, il n'aborde que le remboursement du tr...

Lire la suite