Pays-Bas : vers un contrôle renforcé des cliniques de procréation médicalement assistée

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Procréation médicalement assistée

Actualités

Publié le : 19/10/2016

La Ministre de la Santé néerlandaise Edith Schippers s'est récemment saisie d'un dossier préoccupant dans le secteur de la procréation médicalement assistée (PMA). Plusieurs plaintes ont en effet été formulées quant au manque de contrôle du nombre de dons de sperme pour chaque donneur, mais aussi quant à la disponibilité des données pour les enfants qui recherchaient « leur » donneur.

Sur base du rapportGeassisteerde voortplanting met gedoneerde gameten en gedoneerde embryo's en draagmoederschap' de la Nederlandse Vereniging voor Obstetrie en Gynaecologie (NVOG) publié par l'inspection des soins de santé, la Ministre Schippers a assuré que tout était en ordre dans les 13 cliniques qui pratiquent la fécondation in vitro et dans les 4 banques de sperme.
L'inspection déplore toutefois la grande variabilité de pratiques médicales d'une clinique à l'autre, que ce soit par rapport à l'utilisation de sperme de donneurs étrangers, ou de l'analyse sérologique des donneurs nationaux. L'inspection des soins de santé souhaite uniformiser la façon de faire de chacun des centres de PMA.
Les services de santé ont également observé un changement de profil chez les femmes ayant recours à une FIV hétérogène (avec don de sperme) : de plus en plus de femmes lesbiennes ou de femmes seules, qui n'ont pas de problèmes de fertilité, se procurent elles-mêmes un donneur et font ensuite appel à un centre de PMA pour se faire inséminer. C'est un changement fondamental par rapport au passé, où les couples infertiles étaient les principaux bénéficiaires de la FIV.
L'inspection n'a pu donner de chiffres exacts. C'est pourquoi elle souhaite que les centres puissent collecter certaines données et travailler de concert, surtout en vue d'informer en toute transparence sur les dons de sperme et les enfants nés de dons de sperme.
Source : Nederlandse Vereniging voor Obstetrie en Gynaecologie


Articles similaires

Procréation médicalement assistée : performances du  CHRN à Namur

Procréation médicalement assistée : performances du CHRN à Namur

- Procréation médicalement assistée

Madame Anne Vansteenbrugge, biologiste responsable du laboratoire s'exprime sur les chiffres de réussite en procréation médicalement assistée qu'elle attribue à la qualité de l'accueil et à l'« environnement extrêmement performant où tout est contrôlé ». Le contrôle va jusqu'à une sélection tardive de l'embryon avant réimplantation. Le CHRN utilise en effet la culture prolongée (cinq jours de culture au lieu de trois comme c'est souvent le cas), ce qui permet d'être « encore plus sélectif et d...

Lire la suite

Plus de 24 millions d’euros pour la procréation médicale assistée en Belgique

Plus de 24 millions d’euros pour la procréation médicale assistée en Belgique

- Procréation médicalement assistée

En 2010, l'assurance maladie-invalidité (Inami) a remboursé 19.469 fécondations in vitro, 18.498 inséminations artificielles, 14.952 ponctions d'ovocytes et 17.757 "lavages" de sperme afin de le rendre plus fécondant. Le coût total de ces opérations a été de 10,01 millions d'euros.

S'ajoute à cela, en 2010 toujours, la prise en charge par l'Inami de 16.019 forfaits pour traiter l'infertilité féminine contre 10.327 l'année précédente. Coût total: 14,534 millions d'euros. Au total, cela revient...

Lire la suite

Pologne : précipitation politique pour légaliser les techniques de procréation médicalement assistée

Pologne : précipitation politique pour légaliser les techniques de procréation médicalement assistée

- Procréation médicalement assistée

Voulant mettre à profit les derniers jours du gouvernement libéral, les députés de la plateforme civique et de gauche ont adopté un projet de loi en faveur de la fécondation in vitro (FIV),ce 25 juin 2015. Ils entament ainsi, à la hâte, le processus législatif qui ouvrira l'accès aux parents désireux d'avoir des enfants à la Procréation Médicalement Assistée. 
Le projet de loi prévoit que le nombre d'embryons surnuméraires sera limité à 6. Les embryons conçus et dépassant ce nombre ne pourront...

Lire la suite