Moins de possibilités pour les inséminations artificielles et les FIV?

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Procréation médicalement assistée

Actualités - Belgique

Publié le : 29/05/2012

Les gynécologues s'inquiètent des plans de réduction de coûts du gouvernement. Celui-ci envisage de ne plus rembourser qu'un seul frottis pour les femmes tous les 3 ans plutôt que tous les 2 ans comme c'est le cas actuellement.
C'est pourquoi, la Belgian Society of Reproductive Medicine a pris une initiative louable qui pourrait rapporter 4 millions d'euros en accord avec les gynécologues. Ils proposent en effet d'aller chercher l'argent nécessaire aux économies dans certaines sous-spécialisations en matière de fertilité : en abaissant, par exemple, l'âge limite pour les inséminations intra-utérines et les fécondations in vitro de respectivement 45 à 41 ans, et de 42 à 41 ans

Source : Le Journal du médecin, 8/05/2012, p.22.


Articles similaires

Euthanasie : l’objection de conscience des médecins de moins en moins acceptée

Euthanasie : l’objection de conscience des médecins de moins en moins acceptée

- Clauses de conscience

Un peu plus d'une personne sur trois aux Pays-Bas pense qu'un médecin ne devrait pas pouvoir faire objection de conscience par rapport à l'euthanasie. C'est ce que révèle une enquête menée par le Bureau Central de Statistiques aux Pays-Bas. Autrement dit, un tiers des personnes interrogées trouve que les médecins ne devraient pas pouvoir refuser de pratiquer l'euthanasie quand leur patient remplit toutes les conditions légales pour l'obtenir.

Le droit à l'objection de conscience par rapport a...

Lire la suite

Moins d’avortements pendant le confinement : pourquoi ?

Moins d’avortements pendant le confinement : pourquoi ?

- Avortement

Les plannings familiaux ont connu pendant le confinement une forte baisse de fréquentation et une chute des demandes d'avortement. Parallèlement, au Royaume-Uni, les ventes de pilules dites "du lendemain" ont chuté de 50% entre mars et avril 2020. Même si depuis le déconfinement, les demandes d'avortement sont reparties à la hausse en Belgique, on ne constate pas d'augmentation dans les demandes d'avortement tardif.

On se souvient pourtant de la façon dont la Fédération laïque des centres de ...

Lire la suite

Mourir à domicile coûte moins cher à la collectivité mais plus cher au patient en fin de vie.

Mourir à domicile coûte moins cher à la collectivité mais plus cher au patient en fin de vie.

- Euthanasie et suicide assisté

Plusieurs éléments intéresants dans, l'étude de Gommaar Truyens « De Complexiteit van het thuis sterven »
Et tout d'abord ce paradoxe : la majorité des patients veulent mourir à la maison (70%), or, la majorité meurent à l'hôpital ou en Maison de Repos et de Soins (MRS) (51% en hôpital, 23% en MRS). De plus, même si le prendre soin à domicile revient beaucoup moins cher à la société, cela coûte plus cher au patient.
L'étude montre également que le lieu de la mort suite à une maladie ou en fin ...

Lire la suite