Limiter le recours aux procréations médicalement assistées en Belgique ?

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Procréation médicalement assistée

Actualités

Publié le : 06/11/2012

Ce 23 octobre 2012, une proposition de loi a été déposée par Mme Elke Sleurs et consorts (doc 5-1816/1), afin d'instaurer une obligation d'échange d'information préalable à chaque traitement de l'infertilité.

Les auteurs partent d'un constat : l'augmentation constante du nombre de traitements de l'infertilité (2000 patients par 1 000 000 d'habitants, alors que la moyenne européenne tourne autour de 500) et des remboursements toujours plus généreux. L'IST (Instituut voor Samenleving en Technologie) est également demandeur d'une plus grande transparence pour pouvoir mieux évaluer l'efficacité réelle des traitements et les effets secondaires psychiques. Cet institut souligne qu'étant donné les fortes pressions psychologiques et les conséquences physiologiques, plus de la moitié des femmes qui suivent un traitement de l'infertilité présentent une dépression modérée.
L'IST craint également un recours trop rapide à ces techniques. Quant au Collège de médecins « Médecine de la reproduction », il avait déjà proposé en 2011 de durcir les critères d'accès au traitement et reconnaissait implicitement le risque d'une surconsommation dans le domaine de la médecine reproductive. Les auteurs souhaitent dès lors instaurer une obligation d'information centralisée de tous les traitements subis, quel que soit le centre, préalablement à chaque traitement d'infertilité.
Wetvoorstel in het Nederlands


Articles similaires

Coût de la procréation médicale en 2008 en Belgique : près de 100.000.000 euros

Coût de la procréation médicale en 2008 en Belgique : près de 100.000.000 euros

- Procréation médicalement assistée

Au cours des dernières années, on constate une augmentation considérable du nombre de traitements de l'infertilité en Belgique. Le nombre de cycles de traitement par FIV/ICSI a doublé entre 2004 et 2008, passant de 14.652 à 29.541 durant cette période.
Le nombre des naissances y associées a suivi la même évolution, passant de 2.443 à 4.942. On a en outre enregistré une augmentation inexpliquée de 20 % du nombre des traitements chez les moins de trente-cinq ans.
En Belgique, deux mille patients...

Lire la suite

Belgique : vers des centres de maternité de substitution ?

Belgique : vers des centres de maternité de substitution ?

- Procréation médicalement assistée

Le 7 octobre 2014, une proposition de loi portant organisation des centres de maternité de substitution a été déposée devant la Chambre des représentants belge par mesdames Jiroflée et Detiège (sp.a). Ce texte vise à réglementer la maternité de substitution dite « de haute technologie », soit celle par laquelle une mère porteuse accepte de porter un embryon conçu par fécondation in vitro, qui n'a aucun lien génétique avec elle.
Les auteurs proposent d'autoriser les centres de fertilité agréés ...

Lire la suite

Pologne : précipitation politique pour légaliser les techniques de procréation médicalement assistée

Pologne : précipitation politique pour légaliser les techniques de procréation médicalement assistée

- Procréation médicalement assistée

Voulant mettre à profit les derniers jours du gouvernement libéral, les députés de la plateforme civique et de gauche ont adopté un projet de loi en faveur de la fécondation in vitro (FIV),ce 25 juin 2015. Ils entament ainsi, à la hâte, le processus législatif qui ouvrira l'accès aux parents désireux d'avoir des enfants à la Procréation Médicalement Assistée. 
Le projet de loi prévoit que le nombre d'embryons surnuméraires sera limité à 6. Les embryons conçus et dépassant ce nombre ne pourront...

Lire la suite