La plupart des embryons présentent une instabilité chromosomique

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Procréation médicalement assistée

Actualités - Belgique

Publié le : 02/02/2010

Des chercheurs belges ont analysé l'ADN sur des prélèvements issus de 23 embryons de trois ou 4 jours « de bonne qualité », provenant de fécondations in vitro réalisées par des jeunes femmes confrontées à un risque génétique. Il s'est avéré que seuls deux embryons portaient des chromosomes complètement normaux. Ces résultats témoignent que l'instabilité chromosomique est très fréquente durant l'embryogenèse, et est une cause majeure des troubles chromosomiques constitutionnels ainsi que de la faible fécondité humaine. Selon Thomas D'Hooghe, directeur du centre de fertilité de l'université de Leuven, "cela représente une avancée cruciale qui changera les tests génétiques avant l'implantation et redirigera notre stratégie pour améliorer la fertilité humaine".
Il est important de souligner que cette "avancée cruciale" requiert la sélection d'embryons "produits" par fécondation in vitro pour effectuer le dépistage des "troubles génétiques". Ceci soulève donc beaucoup de questions éthiques qui ne sont pas évoquées dans l'article.

Source : Le Quotidien du Médecin (Dr Véronique NGuyen) 28/04/09


Articles similaires

Etats-Unis : quelle issue pour les embryons surnuméraires dépourvus de projet parental ?

Etats-Unis : quelle issue pour les embryons surnuméraires dépourvus de projet parental ?

- Procréation médicalement assistée

Aux Etats-Unis, un débat de fond se poursuit sur l'éventuelle destruction, au-delà d'un certain délai, des embryons congelés obtenus par fécondation in vitro (FIV) et qui ne font plus l'objet d'un projet parental. Actuellement, il existe une réelle incertitude juridique quant au devenir de ces embryons surnuméraires dépourvus de projet parental puisque la loi américaine, contrairement à la loi belge, ne mentionne pas le délai au delà duquel ils peuvent être détruits.
Dans une déclaration publi...

Lire la suite

1.000 grossesses par « adoption » d’embryons

1.000 grossesses par « adoption » d’embryons

- Procréation médicalement assistée

« Adopter » un embryon surnuméraire issu de la PMA, voilà ce que propose l'Institut Marquès en Espagne. Clinique spécialisée dans la PMA (procréation médicalement assistée), elle la propose aux couples hétérosexuels, homosexuels, et même aux femmes célibataires, utilisant les embryons « en trop », dits « surnuméraires » que d'autres couples ne veulent plus.

Ces embryons « surnuméraires », sont issus de la congélation et sont dans l'attente de leur destination finale décidée par les parents bi...

Lire la suite

Pays-Bas : des 100.000 embryons humains conçus in vitro par an, que reste-t-il ?

Pays-Bas : des 100.000 embryons humains conçus in vitro par an, que reste-t-il ?

- Procréation médicalement assistée

« Il y a une exigence morale à faire des recherches sur les embryons pour avoir de meilleurs résultats en matière de Procréation Médicalement Assistée (PMA) pour tous les couples infertiles. » C'est ainsi que certains justifient leur volonté d'élargir la loi "embryons" aux Pays-Bas.
Actuellement, celle-ci interdit la création d'embryons humains à des fins de recherche. Mais la semaine dernière, à la demande de la Deuxième Chambre, médecins, chercheurs et éthiciens ont avancé leurs arguments en...

Lire la suite