Etats-Unis : quelle issue pour les embryons surnuméraires dépourvus de projet parental ?

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Procréation médicalement assistée

Actualités

Publié le : 19/09/2013

Aux Etats-Unis, un débat de fond se poursuit sur l'éventuelle destruction, au-delà d'un certain délai, des embryons congelés obtenus par fécondation in vitro (FIV) et qui ne font plus l'objet d'un projet parental. Actuellement, il existe une réelle incertitude juridique quant au devenir de ces embryons surnuméraires dépourvus de projet parental puisque la loi américaine, contrairement à la loi belge, ne mentionne pas le délai au delà duquel ils peuvent être détruits.
Dans une déclaration publiée en mars 2013 dans la revue Fertility and Sterility, l'organisation américaine pour la médecine reproductive (American Society for Reproductive medicine - ASRM) s'est prononcée. Elle a précisé qu'il était "éthiquement acceptable" de détruire ces embryons cinq ans après le premier contact avec le couple lorsque ce dernier n'a pas donné de nouvelles malgré les relances du centre de conservation de leurs embryons. L'ASRM préconise donc qu'en l'absence de directive expresse du couple précisant l'utilisation qui peut être faite de ses embryons, ces derniers ne pourront qu'être détruits, et en aucun cas être donnés à la recherche ou à un autre couple. Source : bioedge.org (Xavier Simons) 14/09/2013
Rappelons qu'en Belgique, le sort des embryons surnuméraires est réglé par le Titre IV de la loi sur la procréation médicalement assistée de 2007.


 


Articles similaires

Que faire des embryons déjà conçus lorsque les parents divorcent ?

Que faire des embryons déjà conçus lorsque les parents divorcent ?

- Procréation médicalement assistée

Une personne divorcée a-t-elle le droit de préserver les embryons congelés du couple, si l'autre partenaire n'en veut plus ?

Aux Etats Unis, lorsque des époux auteurs d'un « projet parental » via fécondation in vitro divorcent, aucune loi ni jurisprudence uniforme ne règle pour l'instant la question du sort des embryons créés puis congelés. Le cas de Mandy et Drake Rooks aborde une nouvelle fois cette problématique sensible.

Le couple, en plein divorce, se bat depuis plusieurs années à propo...

Lire la suite

Italie : la CEDH reconnaît à l’Etat le droit d’interdire le don d’embryons à la recherche

Italie : la CEDH reconnaît à l’Etat le droit d’interdire le don d’embryons à la recherche

- Procréation médicalement assistée

Dans un arrêt de Grande Chambre « Parrillo contre Italie », la Cour Européenne des Droits de l'Homme (CEDH) a admis ce 27 août 2015 que l'Etat italien refuse à une femme de donner ses embryons issus d'une Fécondation In Vitro (FIV), à la recherche scientifique.
L'affaire concerne une femme italienne, qui dans le cadre d'une Procréation Médicalement Assistée (PMA), conçu avec son compagnon, cinq embryons par FIV en 2002. Son compagnon, père génétique de ces embryons, est décédé en 2003, avant q...

Lire la suite

Le gouvernement français présente son projet de révision de la loi bioéthique

Le gouvernement français présente son projet de révision de la loi bioéthique

- Procréation médicalement assistée

L'un des débats les plus attendus de la mandature actuelle en France arrive enfin. A la suite des « états généraux de la bioéthique » de 2018, le gouvernement français a présenté ce mercredi son projet de révision de la loi bioéthique, en conseil des ministres.

Comme prévu, la principale mesure du projet est l'ouverture et le remboursement de la procréation médicalement assistée (PMA) pour les couples de femmes, ainsi qu'aux femmes seules. Pourraient ainsi venir au monde des enfants « sans pè...

Lire la suite