En recherche de son père, Steph aide les autres à retrouver leurs origines biologiques

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Procréation médicalement assistée

Actualités - Belgique Belgique

Publié le : 03/07/2019

Stephanie Reymaecker (41 ans), est née d'une insémination avec don de sperme. Elle ne l'a appris qu'à l'âge de 25 ans et depuis lors, cherche qui est son vrai père. Mais au-delà d'une quête personnelle qu'elle partage sur son blog, elle s'est consacrée à aider les autres personnes issus de dons anonymes de gamètes, à retrouver leurs origines biologiques.

Avec cinq « enfants de donneurs », elle a fondé la plateforme Donor Detectives : « Nous soutenons les personnes qui sont nées de gamètes anonymes, parce que nous pensons que chacun a le droit de connaître l'histoire de son existence et d'avoir la possibilité de renouer avec sa famille biologique ». Le site explique pas à pas comment procéder pour retrouver ses parents biologiques. Il s'adresse aussi aux donneurs, et aux parents « adoptifs » en les enjoignant à révéler la vérité à leurs enfants : « Le plus important que vous puissiez faire pour votre enfant, c'est d'être entièrement honnête et transparent avec lui sur l'histoire de sa conception ».

La jeune femme belge a une façon dynamique et d'aborder ce qui peut être une quête d'identité angoissante pour ces personnes. Elle organise des rencontres entre enfants de donneurs, pour qu'ils se sentent soutenus et puissent partager leur vécu. Après-midi de détente, soirées cinéma, conseils pratiques ou ludiques pour avancer dans leurs recherches…

Au niveau politique aussi, son action porte des fruits : les témoignages comme le sien ont poussé le Parlement flamand à créer le Centre Flamand de la Descendance (Vlaams Afstammingscentrum), qui comprendra une banque de données ADN. Il sera effectif dès le 1er janvier 2020. En remettant ses données ADN à la banque, un enfant de donneur ou adopté pourra demander qu'on recherche les correspondances éventuelles de son ADN avec d'autres données ADN perçues sur base volontaire. Le Centre prévoira aussi un accompagnement psycho-social pour ces personnes, ce qui le distingue des plateformes internationales de tracking génétique. L'impact sera toutefois limité, puisque les données ADN ne seront perçues que sur base volontaire.

C'est un premier pas, encore insuffisant par rapport aux recommandations du Conseil de l'Europe sur le droit de connaître ses origines. En effet, dans une recommandation du 12 avril 2019, le Conseil de l'Europe a enjoint ses Etats membres à « renoncer à l'anonymat pour tous les dons futurs de gamètes dans les États membres du Conseil de l'Europe et interdire l'utilisation de spermatozoïdes et d'ovocytes donnés anonymement ». Une démarche que la Belgique n'est pas encore prête à accepter, si ce n'est le CD&V (voir l'interview de la députée CD&V Katrien Schryvers sur le plateau télévisé flamand de Lieven Van Gils). Reste aussi la question de la levée de l'anonymat pour les dons passés, qu'attendent aujourd'hui des milliers d'enfants-donneurs pour retrouver leur(s) parent(s) biologique(s).

En janvier 2019, Stephanie a enfin rencontré un demi-frère. Celui-ci ne savait pas qu'il était issu d'une insémination avec don de sperme… Tous deux sont encore à la recherche de leur père biologique.


Articles similaires

Italie : la CEDH reconnaît à l’Etat le droit d’interdire le don d’embryons à la recherche

Italie : la CEDH reconnaît à l’Etat le droit d’interdire le don d’embryons à la recherche

- Procréation médicalement assistée

Dans un arrêt de Grande Chambre « Parrillo contre Italie », la Cour Européenne des Droits de l'Homme (CEDH) a admis ce 27 août 2015 que l'Etat italien refuse à une femme de donner ses embryons issus d'une Fécondation In Vitro (FIV), à la recherche scientifique.
L'affaire concerne une femme italienne, qui dans le cadre d'une Procréation Médicalement Assistée (PMA), conçu avec son compagnon, cinq embryons par FIV en 2002. Son compagnon, père génétique de ces embryons, est décédé en 2003, avant q...

Lire la suite

Commission de contrôle Recherche Embryons : nomination de 10 membres suppléants

Commission de contrôle Recherche Embryons : nomination de 10 membres suppléants

- Recherche sur les embryons

La Commission fédérale pour la recherche médicale et scientifique sur les embryons in vitro est chargée de contrôler le respect de la loi autorisant la recherche et la création d'embryons humains à des fins de recherche. C'est ainsi que la recherche peut utiliser des embryons surnuméraires et créer des embryons (y compris par le biais de la technique du clonage thérapeutique) à condition de respecter les conditions strictes prévues explicitement par la loi. La loi précise qui peut mener la rec...

Lire la suite

Proposer aux personnes admises à l’euthanasie de donner leurs organes ?

Proposer aux personnes admises à l’euthanasie de donner leurs organes ?

- Don d'organes et euthanasie

Professeur émérite à l'Université catholique de Louvain, médecin chirurgien spécialiste des greffes de foie, et membre du comité d'éthique des cliniques Saint-Luc, Jean-Bernard Otte a donné ce mardi 20 février 2018 une conférence à l'Académie royale de Médecine de Belgique sur le thème " Don d'organes après euthanasie." Cette conférence fait suite à une première conférence déjà donnée à Tournai le 16 décembre 2017.

Le Prof. Otte a rappelé, dans une vision qu'il assume être tout-à-fait « utili...

Lire la suite