Cour européenne des droits de l’homme: revirement en faveur de la loi autrichienne

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Procréation médicalement assistée

Actualités

Publié le : 03/11/2011

Revirement de la Cour européenne des droits de l'homme : l'interdiction de la fécondation in vitro avec donneur ne viole pas le droit à la vie privée et familiale.

Deux couples vivant en Autriche ont des difficultés à concevoir un enfant. Dans le premier couple, le mari est stérile, tandis que dans le second, la femme est atteinte d'une pathologie qui empêche l'ovulation. Le premier couple souhaite obtenir un don de sperme tandis que le second souhaite bénéficier d'une fécondation in vitro avec don d'ovocyte.
Or l'article 3§1 de la loi autrichienne sur la procréation artificielle interdit le don de sperme à des fins de fécondation in vitro et le §3 du même article interdit le don d'ovule en toutes circonstances.
Les requérants saisissent la Cour européenne des droits de l'homme en arguant que la loi autrichienne sur la procréation artificielle porte atteinte à leur vie privée et familiale (article 8 de la CEDH) en interdisant le recours à la fécondation in vitro avec donneur.
Dans son arrêt du 1er avril 2010, la chambre de la Cour avait conclu à une violation de l'article 8 de la CEDH consacrant le droit à la vie privée et familiale et estimé que l'interdiction du don de sperme et d'ovocyte induisait une différence de traitement qui n'était pas justifiée.
Par son arrêt du 3 novembre 2011, la Cour européenne des droits de l'homme siégeant en grande chambre a révisé cette décision et a décidé que la législation autrichienne ne violait pas le droit à la vie privée et familiale. La Cour estime en effet qu'il faut laisser en cette matière une large marge d'appréciation aux Etats, étant donné que la fécondation in vitro avec donneur « continue à susciter de délicates interrogations d'ordre moral, éthique et sociétal dans lesquelles il faut faire entrer la dignité humaine, le bien-être des enfants ainsi que la prévention des abus possibles ».


Articles similaires

Procréation médicalement assistée : qu'en dit la Cour européenne des droits de l'homme?

Procréation médicalement assistée : qu'en dit la Cour européenne des droits de l'homme?

- Procréation médicalement assistée

Don de gamètes, insémination post mortem, anonymat du don, accès aux origines, ...

La Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) a eu l'occasion de se prononcer à plusieurs reprises, ces dernières années, au sujet de la légalisation de certaines techniques de procréation médicale assistée (PMA), et de leur articulation avec les droits fondamentaux.

L'Institut Européen de Bioéthique vous propose une synthèse de la jurisprudence de la CEDH publiée à ce jour sur cette question : 

Cour europé...

Lire la suite

Mariage homosexuel et procréation médicalement assistée : Cour européenne des droits de l'homme

Mariage homosexuel et procréation médicalement assistée : Cour européenne des droits de l'homme

- Procréation médicalement assistée

Dans un arrêt de ce 15 mars 2012 (req.n°25951/07) Affaire Gas et Dubois contre France, la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) a jugé que la France n'a pas violé la Convention européenne des droits de l'homme en refusant à une femme homosexuelle la faculté d'adopter l'enfant de sa partenaire, et en limitant l'accès à l'aide médicale à la procréation (AMP) avec donneur aux couples hétérosexuels, car l'AMP est toujours subordonnée à un but thérapeutique. Elle a par ailleurs rappelé que l...

Lire la suite

Première modification permanente de L’ADN chez l’homme

Première modification permanente de L’ADN chez l’homme

- Génétique

Pour la première fois au monde, des scientifiques ont modifié de façon permanente l'ADN d'un homme vivant, afin de le guérir d'une maladie génétique dégénérative.

Ce 13 novembre 2017 en Californie, des médecins ont tenté l'expérience sur Brian Madeux, 44 ans, souffrant de la maladie de Hunter. Cette maladie empêche la formation d'une enzyme et entraine des symptômes tels que des douleurs articulaires, une perte d'audition, et des problèmes cardiaques et respiratoires .« On coupe l'ADN, on l'o...

Lire la suite