Belgique : vers des centres de maternité de substitution ?

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Procréation médicalement assistée

Actualités

Publié le : 19/11/2014

Le 7 octobre 2014, une proposition de loi portant organisation des centres de maternité de substitution a été déposée devant la Chambre des représentants belge par mesdames Jiroflée et Detiège (sp.a). Ce texte vise à réglementer la maternité de substitution dite « de haute technologie », soit celle par laquelle une mère porteuse accepte de porter un embryon conçu par fécondation in vitro, qui n'a aucun lien génétique avec elle.
Les auteurs proposent d'autoriser les centres de fertilité agréés à créer un centre de maternité de substitution où une équipe de gynécologues, psychologues, juristes et internistes, assurerait le suivi médical, psychologique et social des gestations pour autrui.
Ce texte ouvrirait la gestation pour autrui (GPA) à tous les couples, mariés ou non, quel que soit leur sexe. Si l'un des parents demandeur est une femme, celle-ci aurait à produire une attestation constatant son incapacité à mener une grossesse à terme. Le droit de la filiation serait aussi modifié afin que les parents demandeurs soient mentionnés comme les parents légaux dès l'acte de naissance.
Les auteurs de cette proposition ont prévu que les droits et devoirs de la mère porteuse et des parents demandeurs seraient définis dans une « convention de maternité de substitution » complexe abordant des points tels la contraception pendant le traitement, les comportements de prudence pendant la grossesse (alcool, tabac, drogue,…) mais aussi les hypothèses d'avortement, de fausse couche, de séparation ou décès d'une des parties pendant la durée du contrat.
Ce texte prévoit aussi d'interdire toute forme de publicité pour la maternité de substitution en dehors des centres agréés. Un paiement de la mère porteuse serait évidemment établi, mais les auteurs se disent opposés à ce qu'un tel contrat devienne une activité lucrative.
Deux autres propositions (1) et (2) ont par ailleurs été déposées, en septembre et en octobre, visant à pénaliser la maternité de substitution à finalité commerciale. Ces propositions visent à incriminer le fait pour une mère porteuse de faire de la publicité ou de se proposer en échange d'une rémunération, mais aussi le fait pour le parent demandeur de proposer une rémunération, notamment en vue d'inciter une personne à être mère porteuse, ainsi que toute activité commerciale de médiation.
Ces trois propositions visent en fait à « encadrer » une pratique existante, la gestation pour autrui étant déjà une réalité en Belgique (voir Bulletin du 22 octobre 2014).

Fiche didactique GPA  

Etude : "A propos de la maternité pour autrui", Aude Mirkovic

Conférence à Bruxelles le 26/11/2014 Infos et inscriptions  ICI


Articles similaires

Une campagne censurée car promouvant la maternité et la paternité

Une campagne censurée car promouvant la maternité et la paternité

- Procréation médicalement assistée

Lancée en ce début d'année 2020, la nouvelle campagne d'Alliance VITA vise à sensibiliser les citoyens français dans le cadre du projet de loi sur la bioéthique. A travers le slogan « La société progressera, à condition de... », les trois visuels imaginés par l'association insistent chacun sur la nécessité de respecter la maternité, la paternité et le handicap.

Pour rappel, le projet de loi actuellement en discussion au Sénat envisage notamment l'extension de l'accès à la procréation médicale...

Lire la suite

Belgique : l’oncofreezing pour pallier les risques d’infertilité

Belgique : l’oncofreezing pour pallier les risques d’infertilité

- Procréation médicalement assistée

Entre la mi-avril 2017 et la mi-janvier 2018, 303 patients atteints d'un cancer ont fait congeler leur matériel génétique destiné à la reproduction (ovules et sperme). Parmi eux, 209 hommes et 94 femmes. 30 personnes avaient moins de 16 ans.

Cette technique de l' « oncofreezing »  est principalement appliquée chez les jeunes patients devant subir un traitement lourd qui pourrait affecter leur fertilité, tel que la chimiothérapie, explique le cabinet de la ministre de la Santé. "Grâce à cette ...

Lire la suite

Limiter le recours aux procréations médicalement assistées en  Belgique ?

Limiter le recours aux procréations médicalement assistées en Belgique ?

- Procréation médicalement assistée

Ce 23 octobre 2012, une proposition de loi a été déposée par Mme Elke Sleurs et consorts (doc 5-1816/1), afin d'instaurer une obligation d'échange d'information préalable à chaque traitement de l'infertilité.

Les auteurs partent d'un constat : l'augmentation constante du nombre de traitements de l'infertilité (2000 patients par 1 000 000 d'habitants, alors que la moyenne européenne tourne autour de 500) et des remboursements toujours plus généreux. L'IST (Instituut voor Samenleving en Techno...

Lire la suite