Australie : la FIV pour choisir le sexe de l’enfant ?

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Procréation médicalement assistée

Actualités

Publié le : 09/09/2015

En Australie, le Conseil national sur la santé et la recherche médicale (NHMRC) consulte les citoyens australiens sur un projet de recommandations éthiques relatif à la procréation médicalement assistée. Il s'agit entre autres d'élargir le recours à la Fécondation in vitro (FIV) et au Diagnostic Pré-implantatoire (DPI), techniques médicales initialement réservées à des couples stériles, pour les autoriser aux couples fertiles, dans le seul but de leur permettre de sélectionner un embryon pour choisir le sexe de l'enfant.
Pour rappel, la FIV est une opération lourde et qui n'est pas sans risques, tant pour la femme que pour l'enfant : stimulation ovarienne, ponction et fécondation de plusieurs ovocytes, analyse de l'embryon et test DPI, réimplantation dans l'utérus de l'embryon non seulement sain mais dans ce cas-ci, d'un embryon du sexe choisi.
Jusqu'à ce jour, les lois de différents pays autorisaient de recourir au DPI et à la sélection du sexe de l'enfant uniquement lorsqu'il y avait « un risque de transmission d'une maladie génétique grave ».
Outre les risques présentés par la FIV et le DPI, la sélection d'un enfant en fonction de son sexe ne manque pas de soulever de graves questions éthiques. Qu'adviendra-t-il par exemple de l'embryon conçu, mais dont le sexe ne conviendrait pas aux parents ? Pour répondre au « simple » désir des parents de choisir le sexe de leur enfant, l'Australie serait-elle prête à autoriser le recours à la FIV, et par conséquent au DPI, à ces couples.

Source : Le Monde
Lien vers la consultation nationale : ICI


 


Articles similaires

Deux enfants conçus après le décès de leur père

Deux enfants conçus après le décès de leur père

- Procréation médicalement assistée

La loi du 6 juillet 2007 relative à la procréation médicalement assistée autorise la conception d'un enfant après le décès du père. La loi impose qu'il soit fait expressément mention de ce projet dans la convention passée entre les auteurs du projet parental et le centre de fécondation.
En outre, l'insémination ou l'implantation ne peuvent être effectuées au plus tôt six mois après la mort du papa et au plus tard deux ans après son décès.
Selon la vice-Première PS, Laurette Onkelinx, 5 fertili...

Lire la suite

USA : naissance du premier enfant avec trois parents

USA : naissance du premier enfant avec trois parents

- Procréation médicalement assistée

Ce mardi 27 septembre, l'ASRM (American Society for Reproductive Medicine) a annoncé la naissance d'un bébé conçu avec le matériel génétique de deux femmes et d'un homme.
Une femme avait donné naissance à deux enfants, atteints et aujourd'hui décédés du syndrome de Leigh, une maladie héréditaire maternelle. Pour essayer de minimiser la transmission des gènes responsables de ce syndrome, une équipe médicale internationale menée par le Dr John Zhang, du Centre New Hope Fertility à New York, a tr...

Lire la suite

20 ans d’insémination ICSI en Belgique : un suivi des 15.000 enfants serait prudent...

20 ans d’insémination ICSI en Belgique : un suivi des 15.000 enfants serait prudent...

- Procréation médicalement assistée

Les médecins reconnaissent que l'ICSI* est une technique nettement plus forcée et moins « naturelle » que la FIV classique, d'où le fait que l'on se pose encore des questions par rapport à l'état de santé des bébés issus de cette technique.
Le Dr Michel De Vos, gynécologue d'un centre de médecine reproductive affirme qu'« il existe bel et bien des différences entre les enfants conçus naturellement et ceux issus de ces techniques. On remarque que le poids de l'enfant à la naissance est moindre ...

Lire la suite