Augmentation des PMA malgré des risques toujours plus évidents

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Procréation médicalement assistée

Actualités - Canada

Publié le : 16/06/2020

Auteur / Source : belrap.be; cfas.ca

Des chercheurs de l'Université de Pennsylvanie ont publié en mai 2020 une étude scientifique établissant un lien entre la culture de l'embryon in vitro (fécondation et premiers jours de croissance dans une éprouvette) et certaines complications de grossesse. D'après les chercheurs, une grossesse issue de cette technique de procréation médicalement assistée (PMA) donne plus souvent lieu à une surcroissance du placenta et à une croissance anormale du foetus qui présente souvent un poids réduit. En outre, la fécondation in vitro (FIV) avec stimulation ovarienne peut être dangereuse pour la santé de la femme étant donné le risque de pré-éclampsie, c'est à dire d'hypertension artérielle, pouvant par ailleurs engendrer une naissance prématurée avec des complications pour l'enfant.

 

Pourtant, le recours à la PMA ne cesse de croître là où elle est pratiquée. Un cycle de PMA regroupe plusieurs étapes, de la stimulation ovarienne à l'introduction de l'embryon ou du sperme en cas d'insémination intra-utérine. En Belgique, pour l'année 2008, 29.541 cycles de FIV ont été entrepris, donnant lieu à 4.942 naissances vivantes, soit un taux de réussite de 16,7%. Selon le rapport BELRAP (Belgian Register for Assisted Procreation) pour l'année 2017, 37.125 cycles de FIV ont été réalisés pour 5692 naissances vivantes, soit 15,3% de réussite. Dans 75% des FIV fut utilisée la technique d'ICSI (Intra Cytoplasmic Sperm Injection), contre 70% des cas en 2008. Au Canada, on dénombre pour 2017 34.136 cycles de FIV pour 6.903 naissances vivantes, soit 20% de réussite. En 2008, 15.000 cycles avaient été entrepris, donnant lieu à 3.932 naissances vivantes. En l'espace de dix ans, l'utilisation de la PMA a donc été multipliée par deux au Canada et a augmenté de 25% en Belgique. La méthode de l'ICSI est utilisée dans 71 % des cas au Canada.

 

Il est intéressant de constater que l'ICSI est utilisée dans une grande majorité des FIV, sans doute pour son efficacité, bien qu'elle aille à l'encontre du processus de sélection naturelle des spermatozoïdes. En effet, cette technique consiste à injecter directement le sperme dans l'ovocyte à féconder en perçant la membrane cytoplasmique de la cellule ovocytaire. La méthode a déjà fait couler beaucoup d'encre pour les risques accrus qu'elle engendre au niveau de la santé physique et mentale de l'enfant (faible poids, malformations congénitales, retard mental).

 

Si les techniques de PMA sont devenues une alternative pour les personnes ne pouvant procréer de manière naturelle, cette étude démontre qu'elles ne sont pas sans risque, tant pour l'enfant à naître que pour la femme qui le porte. Par ailleurs, on oublie souvent que le pourcentage de réussite de ces techniques est particulièrement faible, contrairement à l'idée généralement reçue. Face à l'augmentation considérable du recours à ces techniques, il est donc primordial de permettre un regard éclairé sur la réalité et les implications de la procréation médicalement assistée.


Articles similaires

Europe : recours accru à la FIV malgré une fertilité stable.

Europe : recours accru à la FIV malgré une fertilité stable.

- Procréation médicalement assistée

Un article du European Journal of Obstetrics & Gynecology and Reproductive Biology fait état d'un usage toujours plus conséquent de la fécondation in vitro (FIV) malgré une fertilité stable. Depuis la mise au point de cette technique en 1978, 1,4 millions d'enfants en seraient nés en Europe selon ESHRE (4 millions dans le monde).

La forte hausse des demandes de FIV laisse penser que la population est de plus en plus confrontée à une incapacité à concevoir naturellement. Notre santé reproducti...

Lire la suite

Suisse : explosion du nombre de procréations médicalement assistées malgré de faibles résultats

Suisse : explosion du nombre de procréations médicalement assistées malgré de faibles résultats

- Procréation médicalement assistée

Le 22 septembre 2015, l'Office Fédéral de la Statistique (OFS) suisse a publié les données concernant les procréations médicalement assistées (PMA) en Suisse en 2014. Il révèle que le nombre de femmes ayant eu recours à la PMA depuis 2002 a presque doublé en 2014. Pourtant le taux de réussite est assez bas, puisque deux tiers des PMA entreprises échouent. Ce qui conduit à un très grand nombre d'embryons volontairement conçus, puis voués à la mort.
En 2014, 3 867 femmes ont eu recours à la PMA....

Lire la suite

Belgique : l’oncofreezing pour pallier les risques d’infertilité

Belgique : l’oncofreezing pour pallier les risques d’infertilité

- Procréation médicalement assistée

Entre la mi-avril 2017 et la mi-janvier 2018, 303 patients atteints d'un cancer ont fait congeler leur matériel génétique destiné à la reproduction (ovules et sperme). Parmi eux, 209 hommes et 94 femmes. 30 personnes avaient moins de 16 ans.

Cette technique de l' « oncofreezing »  est principalement appliquée chez les jeunes patients devant subir un traitement lourd qui pourrait affecter leur fertilité, tel que la chimiothérapie, explique le cabinet de la ministre de la Santé. "Grâce à cette ...

Lire la suite