20 ans d’insémination ICSI en Belgique : un suivi des 15.000 enfants serait prudent...

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Procréation médicalement assistée

Actualités

Publié le : 06/02/2012

Les médecins reconnaissent que l'ICSI* est une technique nettement plus forcée et moins « naturelle » que la FIV classique, d'où le fait que l'on se pose encore des questions par rapport à l'état de santé des bébés issus de cette technique.
Le Dr Michel De Vos, gynécologue d'un centre de médecine reproductive affirme qu'« il existe bel et bien des différences entre les enfants conçus naturellement et ceux issus de ces techniques. On remarque que le poids de l'enfant à la naissance est moindre et que le nombre de malformations congénitales est légèrement plus élevé qu'habituellement. Mais cette différence au niveau des malformations provient-elle de la technique en elle-même ou du problème de fertilité préexistant dans le couple, on ne le sait pas. »
Le premier enfant né par ICSI a 20 ans aujourd'hui. « Il est important de continuer à suivre ces jeunes adultes, car on peut se demander s'ils ne risquent pas de se retrouver à leur tour dans nos salles d'attente avec des problèmes de fécondité, eux aussi. » selon le Dr De Vos.
De plus, un autre argument pourrait entrer en ligne de compte en ces temps de restrictions budgétaires car ces techniques ont un  coût important puisque chaque ICSI coûte 3.000 euros à la société, sans parler de toutes les tentatives qui se soldent par un échec (80%).
 Source: Communiqué de presse UZ Brussel.

{* Icsi : ressemble à la FIV, si ce n'est que l'on injecte directement, à l'aide d'une micro pipette, un spermatozoïde
dans l'ovule.}

Ces chiffres dont on parle peu figurent dans le Dossier PMA de l'IEB.
Le Dr Jean-Michel Debry a également tiré la sonnette d'alarme par rapport à l'ICSI. (Voir son article)


Articles similaires

Deux enfants conçus après le décès de leur père

Deux enfants conçus après le décès de leur père

- Procréation médicalement assistée

La loi du 6 juillet 2007 relative à la procréation médicalement assistée autorise la conception d'un enfant après le décès du père. La loi impose qu'il soit fait expressément mention de ce projet dans la convention passée entre les auteurs du projet parental et le centre de fécondation.
En outre, l'insémination ou l'implantation ne peuvent être effectuées au plus tôt six mois après la mort du papa et au plus tard deux ans après son décès.
Selon la vice-Première PS, Laurette Onkelinx, 5 fertili...

Lire la suite

Coût de la procréation médicale en 2008 en Belgique : près de 100.000.000 euros

Coût de la procréation médicale en 2008 en Belgique : près de 100.000.000 euros

- Procréation médicalement assistée

Au cours des dernières années, on constate une augmentation considérable du nombre de traitements de l'infertilité en Belgique. Le nombre de cycles de traitement par FIV/ICSI a doublé entre 2004 et 2008, passant de 14.652 à 29.541 durant cette période.
Le nombre des naissances y associées a suivi la même évolution, passant de 2.443 à 4.942. On a en outre enregistré une augmentation inexpliquée de 20 % du nombre des traitements chez les moins de trente-cinq ans.
En Belgique, deux mille patients...

Lire la suite

Affaire PETITHORY LANZMANN contre France / Insémination post mortem sperme

Affaire PETITHORY LANZMANN contre France / Insémination post mortem sperme

- Procréation médicalement assistée

Peut-on revendiquer le droit de disposer du sperme de son fils défunt afin de faire réaliser une procréation médicalement assistée (PMA), et d'ainsi devenir grand-parent ? C'est à cette question qu'a répondu la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) le 12 novembre dernier, dans une affaire portée par Mme Dominique Petithory Lanzmann, femme du réalisateur Claude Lanzmann. Leur fils avait procédé à une congélation de ses gamètes avant son décès survenu en 2017, afin de pouvoir s'assurer un...

Lire la suite