1.000 grossesses par « adoption » d’embryons

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Procréation médicalement assistée

Actualités

Publié le : 26/03/2019

« Adopter » un embryon surnuméraire issu de la PMA, voilà ce que propose l'Institut Marquès en Espagne. Clinique spécialisée dans la PMA (procréation médicalement assistée), elle la propose aux couples hétérosexuels, homosexuels, et même aux femmes célibataires, utilisant les embryons « en trop », dits « surnuméraires » que d'autres couples ne veulent plus.

Ces embryons « surnuméraires », sont issus de la congélation et sont dans l'attente de leur destination finale décidée par les parents biologiques : ils seront détruits, cédés à la recherche, ou cédés à un autre candidat.
Pour les parents qui ne peuvent ou ne veulent pas se prononcer, la loi espagnole leur permet de déléguer leur pouvoir décisionnel à la clinique de procréation qui choisira pour eux. Cela signifie que les parents ne sauront jamais si l'un de leurs embryons a été implanté pour donner naissance à un enfant, leur enfant.

 L'Institut précise que le traitement hormonal et la réimplantation de l'embryon « sont très simples et indolores ». Il affiche un taux de réussite de 57%, et précise que les embryons réimplantés auront été préalablement analysés afin d'éviter qu'ils ne soient porteurs de pathologies psychologiques, physiques ou héréditaires. On aura donc procédé à un tri et à une sélection embryonnaire.

Bien que l'Institut Marquès note une augmentation de la réimplantation d'embryons, ce processus reste assez peu utilisé. « Ces embryons sont issus du projet d'autres couples, il est donc très difficile, d'un point de vue psychique, de s'engager dans une autre histoire. » déclare Virginie Rio, cofondatrice du collectif Bamp !, l'association de patients de l'assistance médicale à la procréation.

En Belgique, la loi de 2007 relative à la PMA exige des parents « donneurs » de décider de la "destination" de leurs embryons surnuméraires. Ceux-ci sont conservés dans les congélateurs pour une durée maximale de 5 ans. Passé ce délai, des rappels réguliers sont envoyés aux parents. Le cadre légal ne précise pas les modalités à suivre en cas de non réponse des parents. On ne dispose d'ailleurs d'aucune donnée chiffrée quant au nombre d'embryons surnuméraires congelés et stationnés dans les congélateurs en Belgique.

Voir les Dossiers : La Procréation Médicalement Assitée en Belgique

et aussi  La recherche sur les embryons humains en Belgique

Sources : Institut Marques, Brusselsvif.be


Articles similaires

La plupart des embryons présentent une instabilité chromosomique

- Procréation médicalement assistée

Des chercheurs belges ont analysé l'ADN sur des prélèvements issus de 23 embryons de trois ou 4 jours « de bonne qualité », provenant de fécondations in vitro réalisées par des jeunes femmes confrontées à un risque génétique. Il s'est avéré que seuls deux embryons portaient des chromosomes complètement normaux. Ces résultats témoignent que l'instabilité chromosomique est très fréquente durant l'embryogenèse, et est une cause majeure des troubles chromosomiques constitutionnels ainsi que de la ...

Lire la suite

Que faire des embryons déjà conçus lorsque les parents divorcent ?

- Procréation médicalement assistée

Une personne divorcée a-t-elle le droit de préserver les embryons congelés du couple, si l'autre partenaire n'en veut plus ?

Aux Etats Unis, lorsque des époux auteurs d'un « projet parental » via fécondation in vitro divorcent, aucune loi ni jurisprudence uniforme ne règle pour l'instant la question du sort des embryons créés puis congelés. Le cas de Mandy et Drake Rooks aborde une nouvelle fois cette problématique sensible.

Le couple, en plein divorce, se bat depuis plusieurs années à propo...

Lire la suite

Etats-Unis : quelle issue pour les embryons surnuméraires dépourvus de projet parental ?

- Procréation médicalement assistée

Aux Etats-Unis, un débat de fond se poursuit sur l'éventuelle destruction, au-delà d'un certain délai, des embryons congelés obtenus par fécondation in vitro (FIV) et qui ne font plus l'objet d'un projet parental. Actuellement, il existe une réelle incertitude juridique quant au devenir de ces embryons surnuméraires dépourvus de projet parental puisque la loi américaine, contrairement à la loi belge, ne mentionne pas le délai au delà duquel ils peuvent être détruits.
Dans une déclaration publ...

Lire la suite