1.000 grossesses par « adoption » d’embryons

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Procréation médicalement assistée

Actualités

Publié le : 26/03/2019

« Adopter » un embryon surnuméraire issu de la PMA, voilà ce que propose l'Institut Marquès en Espagne. Clinique spécialisée dans la PMA (procréation médicalement assistée), elle la propose aux couples hétérosexuels, homosexuels, et même aux femmes célibataires, utilisant les embryons « en trop », dits « surnuméraires » que d'autres couples ne veulent plus.

Ces embryons « surnuméraires », sont issus de la congélation et sont dans l'attente de leur destination finale décidée par les parents biologiques : ils seront détruits, cédés à la recherche, ou cédés à un autre candidat.
Pour les parents qui ne peuvent ou ne veulent pas se prononcer, la loi espagnole leur permet de déléguer leur pouvoir décisionnel à la clinique de procréation qui choisira pour eux. Cela signifie que les parents ne sauront jamais si l'un de leurs embryons a été implanté pour donner naissance à un enfant, leur enfant.

 L'Institut précise que le traitement hormonal et la réimplantation de l'embryon « sont très simples et indolores ». Il affiche un taux de réussite de 57%, et précise que les embryons réimplantés auront été préalablement analysés afin d'éviter qu'ils ne soient porteurs de pathologies psychologiques, physiques ou héréditaires. On aura donc procédé à un tri et à une sélection embryonnaire.

Bien que l'Institut Marquès note une augmentation de la réimplantation d'embryons, ce processus reste assez peu utilisé. « Ces embryons sont issus du projet d'autres couples, il est donc très difficile, d'un point de vue psychique, de s'engager dans une autre histoire. » déclare Virginie Rio, cofondatrice du collectif Bamp !, l'association de patients de l'assistance médicale à la procréation.

En Belgique, la loi de 2007 relative à la PMA exige des parents « donneurs » de décider de la "destination" de leurs embryons surnuméraires. Ceux-ci sont conservés dans les congélateurs pour une durée maximale de 5 ans. Passé ce délai, des rappels réguliers sont envoyés aux parents. Le cadre légal ne précise pas les modalités à suivre en cas de non réponse des parents. On ne dispose d'ailleurs d'aucune donnée chiffrée quant au nombre d'embryons surnuméraires congelés et stationnés dans les congélateurs en Belgique.

Voir les Dossiers : La Procréation Médicalement Assitée en Belgique

et aussi  La recherche sur les embryons humains en Belgique

Sources : Institut Marques, Brusselsvif.be


Articles similaires

Italie : la CEDH reconnaît à l’Etat le droit d’interdire le don d’embryons à la recherche

Italie : la CEDH reconnaît à l’Etat le droit d’interdire le don d’embryons à la recherche

- Procréation médicalement assistée

Dans un arrêt de Grande Chambre « Parrillo contre Italie », la Cour Européenne des Droits de l'Homme (CEDH) a admis ce 27 août 2015 que l'Etat italien refuse à une femme de donner ses embryons issus d'une Fécondation In Vitro (FIV), à la recherche scientifique.
L'affaire concerne une femme italienne, qui dans le cadre d'une Procréation Médicalement Assistée (PMA), conçu avec son compagnon, cinq embryons par FIV en 2002. Son compagnon, père génétique de ces embryons, est décédé en 2003, avant q...

Lire la suite

La plupart des embryons présentent une instabilité chromosomique

La plupart des embryons présentent une instabilité chromosomique

- Procréation médicalement assistée

Des chercheurs belges ont analysé l'ADN sur des prélèvements issus de 23 embryons de trois ou 4 jours « de bonne qualité », provenant de fécondations in vitro réalisées par des jeunes femmes confrontées à un risque génétique. Il s'est avéré que seuls deux embryons portaient des chromosomes complètement normaux. Ces résultats témoignent que l'instabilité chromosomique est très fréquente durant l'embryogenèse, et est une cause majeure des troubles chromosomiques constitutionnels ainsi que de la ...

Lire la suite

Pays-Bas : des 100.000 embryons humains conçus in vitro par an, que reste-t-il ?

Pays-Bas : des 100.000 embryons humains conçus in vitro par an, que reste-t-il ?

- Procréation médicalement assistée

« Il y a une exigence morale à faire des recherches sur les embryons pour avoir de meilleurs résultats en matière de Procréation Médicalement Assistée (PMA) pour tous les couples infertiles. » C'est ainsi que certains justifient leur volonté d'élargir la loi "embryons" aux Pays-Bas.
Actuellement, celle-ci interdit la création d'embryons humains à des fins de recherche. Mais la semaine dernière, à la demande de la Deuxième Chambre, médecins, chercheurs et éthiciens ont avancé leurs arguments en...

Lire la suite