Bruxelles : le 27 mars à 15h, deuxième Marche pour la Vie.

Publié le : Thématique : Début de vie / Non classés Actualités Temps de lecture : 1 min.

 Imprimer

Nous avons tous été un embryon.

DIMANCHE 27 MARS 15h MONT DES ARTS (PLACE ROYALE).  

Plus de vingt ans après la dépénalisation de l'avortement en Belgique, le nombre d'avortements continue à augmenter : 19.421 en 2009, auxquels il faut ajouter environ 3.000 avortements de femmes belges à l'étranger. En outre, la proportion de très jeunes femmes demandant une interruption volontaire de grossesse (IVG) est en progression constante.

De plus en plus de femmes témoignent des difficultés personnelles liées à la décision d'interrompre une grossesse non planifiée, des diverses pressions qui ont souvent conduit à un choix que beaucoup regrettent ensuite et des séquelles psychologiques possibles qui peuvent persister pendant bien des années. Mais ce sujet reste tabou : il fait l'objet d'une véritable dénégation du politique pour des raisons idéologiques. 

Cette Marche pour la vie est organisée par un collectif d'étudiants.

Pour plus d'informations http://www.marchforlife.be
 


Articles similaires

Université de la Vie aussi à Bruxelles

- Début de vie

Programme 2017 : les 4 lundis du mois de Janvier 2017 !

voir : www.universitedelavie.fr

Lire la suite

GPA : la crise sanitaire révèle les failles d’un marché mondialisé

GPA : la crise sanitaire révèle les failles d’un marché mondialisé

- Gestation pour autrui

La fermeture des frontières de nombreux Etats emporte des conséquences particulières pour les couples ayant recours à la gestation pour autrui (GPA). Nombre d'entre eux sont dans l'impossibilité de rejoindre le pays où séjourne la mère porteuse, afin d'arriver à temps pour la naissance de l'enfant issu de la GPA.

Cette situation est notamment rencontrée par plusieurs couples résidant en France, pays où la pratique des GPA est interdite, sur base des principes d'indisponibilité et de non-march...

Lire la suite

Belgique : euthanasie : plus de moyens pour le deuxième avis médical ?

Belgique : euthanasie : plus de moyens pour le deuxième avis médical ?

- Euthanasie et suicide assisté

Lorsqu'un médecin accède à une demande d'euthanasie en Belgique, la loi prévoit qu'un second médecin doit juger du caractère inapaisable et insupportable de la souffrance de la personne en fin de vie. Cet acte requiert un certain investissement en temps de la part du praticien. Mais aucun acte médical ne sera véritablement posé. Comment dès lors rétribuer cet avis pré-euthanasie ? De plus, comment trouver rapidement des médecins « indépendants » à même de remettre un avis sur la demande d'euth...

Lire la suite