Inde : treize femmes décèdent suite à une opération de stérilisation de masse

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Grossesse

Actualités

Publié le : 14/11/2014

Un responsable politique de l'Etat de Chhattisgarh, dans le centre de l'Inde, a annoncé mardi que 8 femmes étaient décédées et que des dizaines d'autres avaient dû être hospitalisées, certaines dans un état grave, suite à une opération de stérilisation de masse menée samedi dans cet Etat. Depuis cette annonce, le bilan s'est alourdi, cinq autres femmes étant décédées. En tout, 80 femmes ont été stérilisées au cours de cette opération.
 Les habitants de Bilaspur, où le drame s'est déroulé, sont descendus dans la rue pour exprimer leur colère et le chef de l'exécutif de l'Etat de Chhattisgarh a d'ores et déjà ordonné la suspension de quatre responsables sanitaires locaux. Une enquête a été ouverte pour déterminer la cause de ces décès.
Dans le cadre de sa politique de planning familial, l'Inde, pays de 1,25 milliard d'habitants, mène depuis des dizaines d'années des campagnes de stérilisation massives particulièrement agressives, campagnes qui touchent presque exclusivement les femmes. Celles-ci sont encouragées à subir une opération de stérilisation en échange d'une compensation financière d'environ 20 €. En vue de remplir leurs objectifs, certains états n'hésitent pas à offrir d'autres biens aux couples « volontaires », tels qu'une voiture ou de l'électroménager. Selon des chiffres publiés par les Nations Unies en 2013, l'Inde arrive largement en tête du nombre de stérilisations féminines dans le monde, devant la Chine.
Des acteurs de la santé en Inde n'hésitent pas à incriminer un système basé sur la fixation d'objectifs de stérilisation au niveau national, qui pousse certains Etats à jouer sur la pauvreté de certains foyers pour les encourager à recourir à la stérilisation, dans des conditions sanitaires souvent déplorables.
Source : Belga.


Articles similaires

Belgique : protection des femmes enceintes

Belgique : protection des femmes enceintes

- Grossesse

Le 23 février 2016, Madame Laurette Onkelinx a déposé à la Chambre des Représentants une proposition de loi relative à l'accouchement dans la discrétion. A l'image de la plupart des pays européens, il s'agirait d'offrir aux femmes qui ont une grossesse non désirée, mais ne souhaitent pas recourir à l'avortement ou qui ont dépassé le délai légal pour l'avortement, de trouver une voie favorable à l'accueil de leur enfant sans avoir à franchir la limite de la clandestinité (avortement clandestin ...

Lire la suite

La co-maternité automatique pour les femmes homosexuelles ?

La co-maternité automatique pour les femmes homosexuelles ?

- Grossesse

Les compagnes de mères lesbiennes doivent-elle passer par les procédures d'adoption pour être considérées comme mères à part entière ? Il y a quelque temps, le CD&V avait émis, au grand dam de leurs partenaires de coalition Open VLD, plusieurs objections contre la co-maternité automatique. Voilà qu'aujourd'hui, Sonja Becq, députée CD&V, introduit à son tour, un projet de loi qui vise à donner aux compagnes des mères, et dès la naissance, les mêmes droits qu'à un homme hétéro qui déclare la nai...

Lire la suite

Belgique : élargir les droits sociaux des femmes après une fausse couche

Belgique : élargir les droits sociaux des femmes après une fausse couche

- Grossesse

En Belgique, lorsqu'une femme enceinte perd son bébé, elle ne peut aujourd'hui faire valoir les droits associés à sa grossesse.
C'est pourquoi, le Conseil de l'égalité des chances entre hommes et femmes demande "une extension raisonnable des dispositions existantes en matière de protection de la maternité", afin de mieux protéger les travailleuses victimes d'une fausse couche, et notamment en ce qui concerne le droit au congé et aux indemnités de maternité, ainsi qu'à la protection contre le l...

Lire la suite