Boîte à bébé

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Grossesse

Actualités

Publié le : 27/08/2012

Le nouveau-né confié à Anvers à une collaboratrice de l'asbl anversoise "Moeders voor Moeders" a été provisoirement baptisé "Adriaan De Kleine" et sera accueilli par Good Engels, le Centre de soins à l'enfant et de soutien à la famille du CPAS d'Anvers. Les services d'adoption ont entre-temps déjà entamé la recherche d'une famille adoptive, qui pourra faire peu à peu connaissance avec l'enfant dans les prochaines semaines.

Le nourrisson pourrait déjà être accueilli par une famille d'accueil dans moins d'un mois, a indiqué la présidente du CPAS, Leen Verbist, famille qui dans le futur deviendra normalement sa famille adoptive. La mère de l'enfant a toutefois six mois pour se faire connaître.
Le parquet anversois enquête toujours afin de découvrir l'identité de la mère. Abandonner son enfant est en effet normalement punissable, mais le parquet n'a pas voulu se prononcer de manière générale sur la situation juridique des "boîtes à bébé".
Grâce à 200 nouvelles boîtes qui ont été installées à travers le vieux continent ces 10 dernières années, Allemagne et République tchèque en tête, plus de 400 nouveau-nés y ont été recueillis.
En Belgique, c'est en 2007 que le premier bébé était retrouvé dans la seule et unique boîte existante, dans la province d'Anvers, à Borgerhout. Le second sera retrouvé deux ans plus tard. Pourtant, "Moeders voor Moeders", suivant les modèles allemand (80 boîtes) et tchèque (40 boîtes), l'avait mise en place dès l'an 2000.
"Nous avons toujours eu d'énormes difficultés à faire connaître notre boîte a bébé, expliquait alors Katrin Beyer, de cette ASBL qui fournit de l'aide matérielle aux familles démunies. Elle se disait partagée entre "la tristesse face à la détresse d'une maman qui n'a pas trouvé d'autre solution que de laisser son nouveau-né dans cette boîte à bébé et la satisfaction de voir que celle-ci a servi à quelque chose". Voilà qui illustre bien le sentiment ambivalent à l'égard de ces boîtes.

Voir aussi Dossier de l'IEB : Accouchement sous "X"
 


Articles similaires

Belgique : une « boîte à bébé » en région Bruxelloise

Belgique : une « boîte à bébé » en région Bruxelloise

- Grossesse

L'installation d'une « boîte à bébé » est prévue à Evere avant la fin du mois de janvier. C'est la deuxième du genre installée en Belgique depuis celle d'Anvers en 2009, qui a déjà recueilli neufs bébés. En Suisse, ce dispositif existe depuis 2001 et a accueilli une vingtaine de nourrissons.

S'il est vrai qu'une telle solution est particulièrement difficile pour la maman, elle reste néanmoins une alternative à l'avortement lorsqu'une femme se trouve en situation de détresse face à une grosses...

Lire la suite

Suisse : accouchement dans la discrétion et  boîte à bébé

Suisse : accouchement dans la discrétion et boîte à bébé

- Grossesse

Depuis ce lundi 1er février, une mère en détresse peut accoucher de manière confidentielle à l'Hôpital du Valais. La plus grande discrétion devra être gardée par le personnel médical. La maman bénéficiera d'une aide médicale et psycho-sociale. Le but de cette procédure est de permettre aux femmes dans des situations difficiles au moment de leur grossesse, de donner la vie à leur enfant en le confiant à l'hôpital. L'enfant  sera ensuite proposé à l'adoption.
Le gouvernement a fortement insisté ...

Lire la suite

Belgique  et Suisse : nouveau-nés déposés dans des « boîtes à bébés »

Belgique et Suisse : nouveau-nés déposés dans des « boîtes à bébés »

- Grossesse

En décembre dernier, un nouveau-né belge, qui a reçu le prénom de Jules, a été déposé dans la boîte à bébés installée par l' ASBL Moeders voor Moeders à Borgerhout (Anvers). Il s'agit du cinquième nourrisson ainsi confié dans l'anonymat à l'association depuis sa création en 2000. Le président du CPAS d'Anvers a précisé que Jules a été confié à une famille d'accueil. Presque simultanément, en Suisse, un nourrisson a aussi pu être recueilli dans la fenêtre à bébé de l'hôpital d'Einsiedeln dans l...

Lire la suite