Belgique : une « boîte à bébé » en région Bruxelloise

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Grossesse

Actualités

Publié le : 19/01/2017

L'installation d'une « boîte à bébé » est prévue à Evere avant la fin du mois de janvier. C'est la deuxième du genre installée en Belgique depuis celle d'Anvers en 2009, qui a déjà recueilli neufs bébés. En Suisse, ce dispositif existe depuis 2001 et a accueilli une vingtaine de nourrissons.

S'il est vrai qu'une telle solution est particulièrement difficile pour la maman, elle reste néanmoins une alternative à l'avortement lorsqu'une femme se trouve en situation de détresse face à une grossesse non désirée. (cf. Bulletin IEB )

Pourquoi Bruxelles ? Selon l'Association Corvia, spécialisée dans l'assistance des personnes sans-abris, il faut permettre aux femmes qui ne peuvent s'occuper de leur bébé de l'abandonner de manière anonyme afin qu'il soit pris en charge par une structure adaptée.

Seule la police doit encore signer le protocole, celui-ci décrivant précisément les démarches à suivre lorsqu'un bébé est déposé dans le réceptacle prévu à cet effet. L'enfant est d'abord examiné par un médecin, avant d'être envoyé à l'hôpital (s'il nécessite des soins particuliers) ou en pouponnière avant d'être confié à l'adoption.

Le dispositif ne fait pas l'unanimité. Bernard de Vos, délégué général de la Communauté Française aux droits de l'enfant estime que « C'est une pratique moyenâgeuse. Cette réapparition pallie en réalité le fait que chez nous en Belgique, il n'y a pas moyen d'accoucher dans la discrétion. Je dis bien dans la discrétion, et pas sous x – c'est-à-dire sans apparaître sur le certificat de naissance de l'enfant, mais avec la possibilité pour l'enfant, à ses 18 ans, d'avoir accès aux secrets de ses origines. Ce qui est terriblement important en matière de fondation de l'individu ». Il constate également que bien souvent, ce sont « des hommes qui déposent les enfants dans ces boîtes à bébés. Ou alors des proches. Mais rarement les mères elles-mêmes. Et donc on peut s'interroger quant à leur consentement à abandonner réellement leur enfant. »

Bernard de Vos conclut qu'il est essentiel et urgent d'accompagner les mamans pendant leur grossesse et après l'accouchement.
Source :  La Libre

Accouchement sous « X » : Fiche Didactique IEB    Dossier de l'IEB : Le droit de savoir d'où je viens : problématique de l'accouchement sous X 


Articles similaires

Belgique : proposition de loi relative aux enfants nés sans vie

Belgique : proposition de loi relative aux enfants nés sans vie

- Grossesse

Le 24 octobre 2014, une proposition de loi relative aux enfants nés sans vie a été déposée à la Chambre belge par les députés Fonck, Delpérée et Matz (cdH).
Les auteurs partent du constat qu'un enfant né sans vie sans être arrivé au seuil de 180 jours après la conception (soit 28 semaines, ou 6 mois) ne peut être déclaré à l'état civil, alors que les différentes régions permettent l'inhumation ou l'incinération des foetus nés respectivement après 12 semaines (Région flamande) ou 15 semaines (R...

Lire la suite

Belgique : le tribunal ne sanctionne pas la mère qui a abandonné son bébé

Belgique : le tribunal ne sanctionne pas la mère qui a abandonné son bébé

- Grossesse

Le tribunal correctionnel d'Anvers a été clément pour la mère qui, le 16 novembre 2006, a abandonné son nouveau-né dans la gare de Essen. Il a estimé qu'on ne pouvait retenir aucune infraction à l'encontre d'une Néerlandaise de 33 ans, qui, selon le jugement rendu ce 14 janvier 2011, a agi sous une contrainte irrésistible.
De telles découvertes d'enfants ainsi abandonnés sont constatées en Belgique, une ou deux fois par an. Le sort de Jasper a ému. Un mois plus tard, il a été confié à une fami...

Lire la suite

Belgique : l’action de wrongful life déclarée recevable et fondée

Belgique : l’action de wrongful life déclarée recevable et fondée

- Grossesse

La Revue Générale des Assurances et des Responsabilités vient de publier un important arrêt de la Cour d'appel de Bruxelles du 21 septembre 2010 (R.G.A.R., 2010, n° 14675) dans une affaire relative à un enfant né handicapé à la suite d'un diagnostic anténatal erroné. 
Les parents peuvent-ils intenter, au nom de leur enfant, une action en réparation du préjudice subi par lui à titre personnel ?
La Cour d'appel de Bruxelles répond positivement à cette question extrêmement délicate. Après avoir r...

Lire la suite