Thaïlande : interdiction de recourir à une mère porteuse pour les étrangers

Publié le : Thématique : Début de vie / Gestation pour autrui Actualités Temps de lecture : 2 min.

 Imprimer

Il est désormais interdit aux couples d'étrangers d'avoir recours au service d'une mère porteuse thaïlandaise, et ce, après une série de scandales qui avaient éclaboussé ce pays ces derniers mois.
En août, un couple australien avait déchaîné les critiques en abandonnant un petit garçon trisomique, nommé Gammy, en Thaïlande à sa mère âgée de 21 ans.
Quelques semaines plus tard, le royaume découvrait le scandale de « l'usine à bébés », lancé par un riche Japonais qui avait eu recours à des mères porteuses en série. Selon le conseil médical de Thaïlande, plus de cent cliniques privées seraient spécialisées dans l'aide à la procréation, y compris via des mères porteuses. Face à ces affaires, le pouvoir en place a réagi.
Pour qu'un couple puisse avoir recours à une mère porteuse en Thaïlande, au moins un des deux commanditaires doit avoir la nationalité du pays et ils doivent être mariés depuis au moins trois ans. De leur côté, les mères porteuses thaïlandaises doivent être âgées de plus de 25 ans, être mariées, doivent avoir déjà au moins un enfant et l'accord de leur mari sera requis. La Thaïlande a également voté en faveur d'un texte interdisant toute publicité de cette pratique. Toute tentative d'outrepasser la loi sera passible de dix ans de prison.

Source : Le Monde.fr avec AFP
 


Articles similaires

MERES PORTEUSES (GPA)

MERES PORTEUSES (GPA)

- Gestation pour autrui

La CEDH donne raison à l'Italie lui permettant de s'opposer à une GPA internationale

Portugal : une grand-mère portera l'enfant de sa fille

Lire la suite

Mère porteuse à Bruges : indemnisation ou  rémunération  ?

Mère porteuse à Bruges : indemnisation ou rémunération ?

- Gestation pour autrui

Les deux partenaires d'un couple recomposé avaient eu chacun des enfants d'une précédente relation mais ne pouvaient en avoir de leur union même. Après l'essai infructueux de fécondation in vitro, le couple est parvenu à convaincre une amie de concevoir un enfant, grâce au sperme du mari demandeur, et de le porter  jusqu'à ce que, une fois né, il soit adopté par la femme demandeuse. Une somme de 12.500 euros était promise à la mère porteuse.
L'homologation de l'adoption, approuvée par le juge ...

Lire la suite

Belgique : certains hôpitaux en Flandre ont  accepté la pratique des mères porteuses

Belgique : certains hôpitaux en Flandre ont accepté la pratique des mères porteuses

- Gestation pour autrui

C'est ce qui apparaît à la lecture du Dossier de l'Instituut Samenleving & Technologie (IST) « Fertiliteitsbehandelingen: de realiteit voorbij de technologie »
Présentant les différentes possibilités pour pallier un problème d'infertilité, les auteurs du dossier abordent l'« infertilité sociale » qui concerne notamment les personnes homosexuelles masculines pour lesquelles le recours à une femme porteuse permet à l'un des hommes de participer, par don de sperme, au patrimoine génétique de l'en...

Lire la suite