Thaïlande : interdiction de recourir à une mère porteuse pour les étrangers

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Gestation pour autrui

Actualités

Publié le : 06/03/2015

Il est désormais interdit aux couples d'étrangers d'avoir recours au service d'une mère porteuse thaïlandaise, et ce, après une série de scandales qui avaient éclaboussé ce pays ces derniers mois.
En août, un couple australien avait déchaîné les critiques en abandonnant un petit garçon trisomique, nommé Gammy, en Thaïlande à sa mère âgée de 21 ans.
Quelques semaines plus tard, le royaume découvrait le scandale de « l'usine à bébés », lancé par un riche Japonais qui avait eu recours à des mères porteuses en série. Selon le conseil médical de Thaïlande, plus de cent cliniques privées seraient spécialisées dans l'aide à la procréation, y compris via des mères porteuses. Face à ces affaires, le pouvoir en place a réagi.
Pour qu'un couple puisse avoir recours à une mère porteuse en Thaïlande, au moins un des deux commanditaires doit avoir la nationalité du pays et ils doivent être mariés depuis au moins trois ans. De leur côté, les mères porteuses thaïlandaises doivent être âgées de plus de 25 ans, être mariées, doivent avoir déjà au moins un enfant et l'accord de leur mari sera requis. La Thaïlande a également voté en faveur d'un texte interdisant toute publicité de cette pratique. Toute tentative d'outrepasser la loi sera passible de dix ans de prison.

Source : Le Monde.fr avec AFP
 


Articles similaires

Appel international pour interdire la pratique des mères porteuses

Appel international pour interdire la pratique des mères porteuses

- Gestation pour autrui

Le 20 novembre 2014, jour du 25ème anniversaire de l'adoption de la Convention Internationale des Droits de l'Enfant (CIDE), une initiative internationale visant à réclamer l'interdiction de la pratique de la maternité de substitution à été lancée par l'Union internationale pour l'abolition de la gestation pour autrui (International Union for the Abolition of Surrogacy). Au travers de la pétition No Maternity Traffic, ce collectif demande au Conseil de l'Europe de s'engager pour l'interd...

Lire la suite

Belgique : certains hôpitaux en Flandre ont  accepté la pratique des mères porteuses

Belgique : certains hôpitaux en Flandre ont accepté la pratique des mères porteuses

- Gestation pour autrui

C'est ce qui apparaît à la lecture du Dossier de l'Instituut Samenleving & Technologie (IST) « Fertiliteitsbehandelingen: de realiteit voorbij de technologie »
Présentant les différentes possibilités pour pallier un problème d'infertilité, les auteurs du dossier abordent l'« infertilité sociale » qui concerne notamment les personnes homosexuelles masculines pour lesquelles le recours à une femme porteuse permet à l'un des hommes de participer, par don de sperme, au patrimoine génétique de l'en...

Lire la suite

France : l’interdiction de la GPA demeure; l’inscription civile de l’enfant ainsi conçu s’impose

France : l’interdiction de la GPA demeure; l’inscription civile de l’enfant ainsi conçu s’impose

- Gestation pour autrui

Le Conseil d'État a rejeté les requêtes en annulation contre la «circulaire Taubira» du 25 janvier 2013, qui permet de délivrer des certificats de nationalité française aux enfants nés à l'étranger de parents français, même lorsque ceux ci ont eu recours à une GPA (gestation pour autrui), procédure interdite en France. Dans sa décision, le Conseil d'État rappelle bien l'interdiction de cette procédure, il juge cependant que « la seule circonstance qu'un enfant soit né à l'étranger dans le cadr...

Lire la suite