Royaume-Uni : un homme devenu papa par insémination de sa propre mère

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Gestation pour autrui

Actualités

Publié le : 19/03/2015

Kyle, 27 ans, est depuis huit mois le papa de Miles, un fils qu'il a eu en ayant recours à une mère porteuse, Anne-Marie... qui est également sa propre mère.
Une autre femme a également un lien avec le bébé, ayant donné l'ovule qui a été fécondé par le sperme de Kyle, pour être ensuite réimplanté dans l'utérus de la future grand-mère.
L'arrangement entre Kyle et sa mère a été dévoilé lorsqu'un tribunal l'a autorisé à adopter légalement Miles, et a modifié son statut aux yeux de la loi, faisant de lui uniquement son fils, alors que depuis la naissance en juillet dernier, la loi britannique le considérait tout à la fois comme son fils et son frère. Auparavant, sur le certificat de naissance, le nom de sa mère (grand-mère) y figurait, explique-t-il au Daily Mail. Désormais, elle est officiellement considérée comme seulement sa grand-mère.
Kyle, homosexuel, explique avoir toujours eu l'envie d'être père. Il y a deux ans, il avait entrepris les premières démarches auprès d'une mère porteuse pour devenir papa – au Royaume-Uni, la gestation pour autrui (GPA) est autorisée depuis 1985. Mais cette dernière a dû se refuser à porter l'enfant de Kyle pour des raisons médicales. Sa mère a alors proposé de le faire pour lui.
Samedi, face à l'avalanche de réactions, Kyle a pris la parole publiquement pour expliquer son choix d'avoir eu recours à une fécondation in vitro avec sa propre mère. « Je comprends que certains n'acceptent pas mon choix, et ils peuvent avoir leurs opinions. J'ai un fils et je suis très content. Aussi longtemps que quelqu'un peut fournir un toit et assumer les besoins d'un enfant, je ne vois pas pourquoi on lui renierait son droit et sa possibilité d'être parent [...] peu importe sa sexualité ou son genre. Je ne vois pas où est le problème » a-t-il réagi, d'après des propos rapportés par le quotidien britannique The Telegraph, ajoutant qu'il ne mentira jamais à son fils et lui expliquera tout lorsqu'il sera en âge de comprendre.
 


Articles similaires

Royaume-Uni : quand une femme accouche de son petit-fils

Royaume-Uni : quand une femme accouche de son petit-fils

- Gestation pour autrui

Au Royaume-Uni, Julie Bradford vient de mettre au monde le fils de sa propre fille, Jessica. Cette dernière, âgée de 21 ans, est atteinte depuis trois ans d'un cancer du col de l'utérus dont le traitement l'empêche d'avoir des enfants.

Désireuse d'être un jour maman, elle a rapidement opté pour la congélation de ses ovules ; une pratique d'ailleurs assez répandue en Angleterre. Il y a neuf mois, elle et son mari ont procédé à une fécondation in vitro.

Ne pouvant, du fait de sa maladie, porte...

Lire la suite

La pratique des mères porteuses devant la Cour européenne des droits de l'homme

La pratique des mères porteuses devant la Cour européenne des droits de l'homme

- Gestation pour autrui

La gestation pour autrui (GPA) pose de nombreuses et délicates questions sur le plan juridique, en particulier sur le plan du lien de filiation avec le père biologique ou la mère d'intention.

La Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) a eu l'occasion de se prononcer à plusieurs reprises, ces dernières années, au sujet de la pratique de la GPA, du point de vue de son articulation avec les droits fondamentaux, en particulier le droit au respect de la vie privée et familiale.

L'Institut Eu...

Lire la suite

Royaume-Uni : première autorisation pour une greffe d’utérus

Royaume-Uni : première autorisation pour une greffe d’utérus

- Gestation pour autrui

Le mercredi 30 septembre 2015, un groupe de chercheurs britanniques de l'organisation « Womb Transplant UK » a annoncé avoir obtenu l'autorisation de réaliser un premier essai de greffe d'utérus au Royaume-Uni. La greffe d'utérus a déjà été expérimentée en Suède, où le premier bébé issu de cette technique est né en octobre 2014. La France lui a emboîté le pas, et maintenant le Royaume-Uni.
Les greffes d'utérus permettent de répondre aux stérilités féminines liées à l'absence d'utérus. En moyen...

Lire la suite