Mère porteuse à Bruges : indemnisation ou rémunération ?

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Gestation pour autrui

Actualités

Publié le : 23/12/2014

Les deux partenaires d'un couple recomposé avaient eu chacun des enfants d'une précédente relation mais ne pouvaient en avoir de leur union même. Après l'essai infructueux de fécondation in vitro, le couple est parvenu à convaincre une amie de concevoir un enfant, grâce au sperme du mari demandeur, et de le porter  jusqu'à ce que, une fois né, il soit adopté par la femme demandeuse. Une somme de 12.500 euros était promise à la mère porteuse.
L'homologation de l'adoption, approuvée par le juge de la jeunesse de Bruges, fut contestée en appel par le Parquet qui voyait dans l'arrangement conclu à la fois une transaction interdite par le Code civil, -car la personne humaine n'est pas dans le commerce-, et un acte dégradant, réprimé par le Code pénal, à l'égard de l'enfant.
Mais le juge d'appel vient de valider l'opération en suivant l'avocat de la défense qui plaidait le caractère non lucratif de l'opération : la somme versée devait seulement compenser les divers manques subis par la femme lors de la gestation et de l'accouchement, et non pas rétribuer ses services.
Il est évidemment difficile de savoir où s'arrête l'indemnisation et où commence la rémunération, mais ce débat ne doit pas occulter la question de fond : est-il respectueux à l'égard d'une femme et d'un enfant de provoquer délibérément leur union intime, propre à la maternité, tout en sachant que l'intérêt de tierces personnes commandera leur séparation ?

Fiche didactique GPA


Articles similaires

Thaïlande : vers une prise de conscience de la situation des mères porteuses

Thaïlande : vers une prise de conscience de la situation des mères porteuses

- Gestation pour autrui

Le cas de Gammy, un jeune nouveau-né trisomique, abandonné à sa mère porteuse en Thaïlande alors que sa jumelle non porteuse de la maladie était emportée par le couple commanditaire australien, a récemment défrayé la chronique. Faisant valoir que le père biologique des enfants était australien, la jeune mère porteuse thaïlandaise, Pattaramon Chanbua, a confirmé il y a peu avoir demandé et obtenu la nationalité australienne pour son fils Gammy. « Si moi et toute ma famille mourons et laissons G...

Lire la suite

Royaume-Uni : une mère porteuse forcée de remettre son enfant au couple commanditaire

Royaume-Uni : une mère porteuse forcée de remettre son enfant au couple commanditaire

- Gestation pour autrui

La gestation pour autrui (GPA) est réglementée depuis maintenant plus de 30 ans au Royaume-Uni. Il est notamment prévu que toute forme de GPA commerciale est interdite, mais que des dédommagements, jusqu'à hauteur de 20.000 euros, peuvent être payés par le couple commanditaire pour couvrir les frais de la grossesse. Alors que le législateur voulait par ce cadre légal éviter toute dérive, la réalité montre que la pratique n'est pas sans poser de problèmes.
Ainsi, récemment, une mère porteuse se...

Lire la suite

La pratique des mères porteuses devant la Cour européenne des droits de l'homme

La pratique des mères porteuses devant la Cour européenne des droits de l'homme

- Gestation pour autrui

La gestation pour autrui (GPA) pose de nombreuses et délicates questions sur le plan juridique, en particulier sur le plan du lien de filiation avec le père biologique ou la mère d'intention.

La Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) a eu l'occasion de se prononcer à plusieurs reprises, ces dernières années, au sujet de la pratique de la GPA, du point de vue de son articulation avec les droits fondamentaux, en particulier le droit au respect de la vie privée et familiale.

L'Institut Eu...

Lire la suite