Le PS plaide en faveur d'un encadrement législatif de la gestation pour autrui.

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Gestation pour autrui

Actualités

Publié le : 22/05/2014

Y a-t-il en Belgique des hôpitaux qui répondent aux demandes de couples en recherche d'une mère porteuse ? Des enfants ont-ils déjà été conçus et "livrés" aux parents intentionnels dans de telles circonstances ?
Un lien Internet mentionant l'hôpital St Pierre à Bruxelles tendrait à le confirmer : "Depuis la fin des années 90, le centre de PMA du CHU Saint-Pierre assure la prise en charge des couples nécessitant le recours à une gestation pour autrui (« mère porteuse »). Cette pratique n'est pas illégale mais des conseils juridiques adéquats sont indispensables. Pour cette raison, nous demandons aux couples intentionnels ainsi qu'à leur mère porteuse de s'informer préalablement à leur venue dans notre centre auprès d'une juriste spécialisée en droit familial."
Faut-il interdire ces pratiques ou les encadrer?
"Ce n'est pas en niant la problématique de la gestation pour autrui qu'on assumera nos responsabilités", a souligné le président du PS, Paul Magnette, à la veille de la Gay Pride 2014.
Le PS propose un cadre où toute forme de commercialisation de la gestation pour autrui serait formellement interdite. Les parties devraient conclure une convention destinée à régler tous les aspects de la gestation pour autrui, notamment les frais médicaux liés à la grossesse et à l'accouchement. La future mère aurait la possibilité de changer d'avis pendant la grossesse et ce jusqu'à deux mois avant la naissance. Elle ne pourrait pas être à la fois mère porteuse et donneuse d'ovule pour l'enfant à concevoir.
Deux réflexions :
* La prise de position du PS signifierait-elle que, désormais, la meilleure manière d'élargir l'éthique consisterait à procéder en trois temps :  d'abord enfreindre discrètement cette éthique, au risque de mettre en péril les valeurs qu'elle protégeait jusque-là; ensuite inviter à 'enlever ses oeillères', non pour s'apercevoir qu'il faut condamner cette pratique irrespectueuse mais pour... la valider; enfin, recouvrir le coup de force d'un vernis de vertu en promettant que les dérives commerciales seront évitées ?
*  La mère porteuse qui ne pourra être que gestatrice et non génitrice, qui devra suivre toutes les prescriptions du contrat (quant à son alimentation et son régime de vie, ses rapports sexuels, l'éventuel avortement si le foetus est malformé, etc.) et dont les possibilités de garder l'enfant seront refusées dès le 7ème mois de la grossesse, pourra-t-elle se considérer autrement que comme une esclave ?
La déclaration des femmes prévoyantes socialistes va dans ce sens. Rappelons qu'en France une telle pratique est formellement interdite et est même punissable.
Voir Dossier de l'IEB: Faut-il légaliser la Gestation pour autrui ?
 


Articles similaires

Belgique : sondage défavorable à la Gestation pour Autrui (GPA)

Belgique : sondage défavorable à la Gestation pour Autrui (GPA)

- Gestation pour autrui

Le Sénat belge est en train de clôturer un rapport d'information sur la Gestation Pour Autrui. Réalisé à sa propre initiative, ce rapport devrait être clôturé en séance plénière le 11 décembre prochain. Mais depuis une récente réforme constitutionnelle découlant de la dernière réforme de l'Etat, le Sénat n'a plus part au processus législatif.
Alors que l'Institut Dedicated Research vient de publier un sondage révélant que 73% des Belges interviewés considèrent que cette problématique n'est pas...

Lire la suite

Portugal : véto présidentiel à la gestation pour autrui

Portugal : véto présidentiel à la gestation pour autrui

- Gestation pour autrui

Alors que le Parlement portugais avait voté le 13 mai 2016 une loi élargissant l'accès à la Procréation Médicalement Assistée (PMA) et autorisant la pratique de la Gestation Pour Autrui (GPA) dite « non commerciale » pour des couples confrontés à une infertilité féminine liée à des dysfonctionnements de l'utérus (cf. Bulletin de l'IEB ), le Président de la République a opposé un veto à la promulgation de cette loi le 7 juin dernier. Marcelo Rebelo de Sousa s'oppose en effet aux dispositions de...

Lire la suite

CEDH : pas obligatoire de transcrire à l’état civil l’acte de naissance d’un enfant porté par autrui

CEDH : pas obligatoire de transcrire à l’état civil l’acte de naissance d’un enfant porté par autrui

- Gestation pour autrui

Ce mercredi, la Cour européenne des droits de l'homme a rendu son premier avis consultatif, qui concerne la gestation pour autrui : pour la Cour, le droit au respect de la vie privée de l'enfant requiert que le droit national permette la reconnaissance d'un lien de filiation entre l'enfant et la mère d'intention, mais ne requiert pas que cette reconnaissance se fasse par la transcription sur les registres d'état civil de l'acte de naissance établi à l'étranger. (Voir le Bulletin de l'IEB qui s...

Lire la suite