Italie : contourner la loi qui interdit la GPA

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Gestation pour autrui

Actualités

Publié le : 08/03/2016

Nicola Vendola (57 ans), militant LGBT et homme politique du parti d'extrême-gauche  Ecologie et liberté qui lutte pour la libération du prolétariat, a décidé de « louer le ventre d'une femme indonésienne et d'acheter les ovules d'une autre » afin d'avoir un enfant avec son jeune compagnon canadien Eddy Testa,  devenu le père biologique du bébé né en Californie.
S'il est exact que le projet de loi instituant le contrat d'union civile a bien été adopté en Italie ce jeudi 25 février, par contre il l'a été sans l'article initial qui prévoyait la possibilité, dans un couple homosexuel, d'adopter l'enfant de son partenaire.
Baffouant la loi italienne qui interdit la GPA, cet homme politique «  envoie un terrible message à la société : il ne se soucie ni des implications morales de ses actions, ni de ce que la loi dit » mentionne un article de presse.
Les deux papas et le bébé ne sont pas encore rentrés en Italie. Ce fait illustre combien « il n'est pas suffisant pour l'Italie d'interdire ces pratiques au niveau national, mais qu'il devrait aussi exister des sanctions pour les personnes entreprenant de telles pratiques à l'étranger » estime un des hommes politiques italiens.
Source : Genethique.org et Il tempi


Articles similaires

Interdite en France, la GPA est une réalité en Belgique

Interdite en France, la GPA est une réalité en Belgique

- Gestation pour autrui

Peu encline à mener une réflexion approfondie sur le bien-fondé de certaines pratiques, la société belge en général, et le législateur en particulier, ont tendance à faire preuve de « pragmatisme » en encadrant les transgressions. Ainsi en est-il de la gestation pour autrui.
En 2007, une loi a fixé, sans grand bruit, les conditions éthiques d'accès à la PMA, n'abordant pas la question de la gestation pour autrui. Aujourd'hui, les mentalités ont changé. La société belge semble « mûre » pour acc...

Lire la suite

CEDH : GPA / Italie condamnée

- Gestation pour autrui

La Cour Européenne des Droits de l'Homme (CEDH) a rendu un nouvel arrêt condamnant l'Italie, sur un cas d'exploitation de mère porteuse.
Un couple d'Italiens était revenu de Russie avec un enfant obtenu en payant les services d'une mère porteuse. L'enfant n'avait de lien génétique avec aucun des deux commanditaires. Ceux-ci ont été mis en examen pour altération d'état civil, l'état civil russe étant établi sur la base de données mensongères, faux et infraction aux lois sur l'adoption. Après 6 ...

Lire la suite

La CEDH donne raison à l’Italie lui permettant de s’opposer à une GPA internationale

La CEDH donne raison à l’Italie lui permettant de s’opposer à une GPA internationale

- Gestation pour autrui

Dans le cadre de l'affaire Paradiso et Campanelli, la Cour Européenne des Droits de l'Homme s'était opposée au droit italien par un décret datant du 27 janvier 2015. La Cour italienne, sous demande du gouvernement italien, avait fait appel, et la CEDH vient de réajuster son verdict (cf. Bulletin de l'IEB : CEDH : GPA/Italie condamnée )

En 2011, un couple italien a conclu un accord de gestation pour autrui en Russie. L'enfant né à la suite de cet accord est sans lien biologique avec les parent...

Lire la suite