Interdite en France, la GPA est une réalité en Belgique

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Gestation pour autrui

Actualités

Publié le : 17/10/2014

Peu encline à mener une réflexion approfondie sur le bien-fondé de certaines pratiques, la société belge en général, et le législateur en particulier, ont tendance à faire preuve de « pragmatisme » en encadrant les transgressions. Ainsi en est-il de la gestation pour autrui.
En 2007, une loi a fixé, sans grand bruit, les conditions éthiques d'accès à la PMA, n'abordant pas la question de la gestation pour autrui. Aujourd'hui, les mentalités ont changé. La société belge semble « mûre » pour accepter la pratique des « mères porteuses ».
Quatre hôpitaux belges la pratiquent déjà : le Centre Hospitalier Régional de la Citadelle à Liège, les hôpitaux universitaires de Gand et d'Anvers et l'hôpital Saint-Pierre à Bruxelles. Ils mettent toutefois en garde les demandeurs quant au fait qu'il est prudent de se faire conseiller par un bon avocat au cas où les choses tourneraient mal.
Les 4 hôpitaux concernés accèdent aux demandes de GPA dans des cas bien précis et sous des conditions présentées comme très strictes. La femme n'a pas d'utérus, ou celui-ci est  non fonctionnel, ou la santé de la femme est incompatible avec une grossesse. La limite d'âge pour la mère intentionnelle (qui ne porte pas l'enfant) est celle de la fécondation in vitro (FIV), à savoir 43 ans. Quant à la mère porteuse, elle doit avoir moins de 40 ans. L'ovocyte est celui de la femme intentionnelle et non celui de la femme porteuse de sorte que celle-ci n'est pas la mère génétique de l'enfant. Cela serait ainsi plus facile pour celle-ci d'abandonner l'enfant et de le laisser adopter par le couple intentionnel.
C'est ce qu'explique le Dr Petra De Sutter, de l'hôpital de Gand lors d'une interview pour la RTBF.
Un accompagnement psychologique est bien sûr mis en place. Il est souligné dans cet entretien à la RTBF que « le but est aussi d'éviter toute commercialisation. Quand il y a gestation pour autrui en Belgique, l'acte n'est jamais rémunéré et concerne uniquement des belges. On évite ainsi le tourisme des mères porteuses. »
Entre 5 à 10 nouveau-nés voient ainsi le jour chaque année à l'hôpital de Gand. Depuis 3 ans, la GPA est aussi offerte aux couples homosexuels masculins.


Articles similaires

Le replay du webinaire "Bioéthique en Belgique 2022" est en ligne !

Le replay du webinaire "Bioéthique en Belgique 2022" est en ligne !

- Gestation pour autrui

Vous n'avez pas pu participer à notre dernier webinaire ?

Offrez-vous une séance de rattrapage, le replay est en ligne !

Bioéthique en Belgique : perspectives pour 2022

A l'aube de cette nouvelle année, l'IEB vous propose une conférence en ligne :

Bioéthique en Belgique : Etat des lieux et perspectives pour 2022

Se dirige-t-on vers une légalisation de la gestation par autrui en Belgique ? Après vingt ans, quelles perspectives pour la loi euthanasie ? Quels sont les nouveaux enjeux éthique...

Lire la suite

Belgique : certains hôpitaux en Flandre ont  accepté la pratique des mères porteuses

Belgique : certains hôpitaux en Flandre ont accepté la pratique des mères porteuses

- Gestation pour autrui

C'est ce qui apparaît à la lecture du Dossier de l'Instituut Samenleving & Technologie (IST) « Fertiliteitsbehandelingen: de realiteit voorbij de technologie »
Présentant les différentes possibilités pour pallier un problème d'infertilité, les auteurs du dossier abordent l'« infertilité sociale » qui concerne notamment les personnes homosexuelles masculines pour lesquelles le recours à une femme porteuse permet à l'un des hommes de participer, par don de sperme, au patrimoine génétique de l'en...

Lire la suite

France : Avis du CCNE sur la PMA , la GPA et l’euthanasie

France : Avis du CCNE sur la PMA , la GPA et l’euthanasie

- Gestation pour autrui

Dans son avis du 25 septembre, le CCNE (Comité consultatif national d'éthique) propose d'autoriser l'ouverture de procréation médicalement assistée (PMA) non seulement aux couples de femmes mais aussi aux femmes seules. Il se prononce en revanche contre la gestation pour autrui (GPA).

Selon le CCNE ouvrir la PMA aux personnes qui ne sont pas infertiles « modifie profondément les relations de l'enfant à son environnement familial, en termes de repères familiaux, d'absence de père, institutio...

Lire la suite