Inde : les centres de maternité de substitution se délocalisent au Cambodge

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Gestation pour autrui

Actualités

Publié le : 07/07/2016

Très critiqué pour son laxisme face à l'industrie de la GPA (Gestation pour autrui), le gouvernement indien a décidé de réagir radicalement. En effet, dès octobre 2015, le gouvernement indien a fait part de son intention d'interdire complètement aux étrangers la possibilité de recourir aux services de mères porteuses. Si, à ce jour, aucune loi n'a encore été votée, les mesures existent déjà (cf. circulaire ICI). On y lit que les étrangers ne peuvent plus obtenir de visas médicaux leur permettant d'entrer dans le pays en vue d'une GPA, et le Conseil Indien de Recherches Médicales (Indian Council of Medical Research) interdit aux cliniques d'offrir des services de GPA aux étrangers.

La nouvelle loi est attendue très prochainement même si la résistance est grande puisque cette activité des mères porteuses est estimée à plus de 500 millions de dollars par an. En juillet 2015, le Journal International rapportait que 25.000 couples étrangers se rendaient chaque année en Inde pour utiliser les services de mères porteuses, représentant 85% des clients.

 

Anticipant la perte d'une activité économique très importante, les cliniques pratiquant la GPA ont commencé à se délocaliser, quittant l'Inde pour le Cambodge, où la loi à ce sujet est des plus ambigüe : des femmes « volontaires » sont déjà recrutées comme mères porteuses. Elles viennent de Thaïlande, du Vietnam ou du Laos, et bientôt d'Inde.

Face à l'exploitation des femmes qui se trouvent ainsi marchandisées, plusieurs initiatives internationales (Stop Surrogacy Now et No Maternity Trafic) se mobilisent depuis plus d'un an pour obtenir une condamnation unilatérale et interdire toute pratique de mères porteuses au niveau international.

Source : Al Jazeera


Articles similaires

Mères porteuses : le droit à un congé maternité devant la Cour de justice de l'Union européenne

Mères porteuses : le droit à un congé maternité devant la Cour de justice de l'Union européenne

- Gestation pour autrui

La Cour de Justice de l'Union européenne (CJUE) va prochainement être amenée à se prononcer sur le droit à un congé de maternité pour une femme ayant eu un enfant par gestation pour autrui. Deux plaintes ont en effet récemment été déposées devant la CJUE par deux femmes qui se sont vu refuser une indemnité de congé de maternité, après avoir eu recours à une gestation pour autrui.
Jeudi 29 septembre, deux avocats généraux ont examiné séparément les plaintes, et ont rendu des conclusions diverge...

Lire la suite

Mères porteuses en Belgique : une pratique anonyme dans des centres non identifiables

Mères porteuses en Belgique : une pratique anonyme dans des centres non identifiables

- Gestation pour autrui

Répondant à une question parlementaire de la sénatrice Elke Sleurs (N-VA) posée en décembre 2011 à propos de la pratique des mères porteuses en Belgique (Question écrite 5-4239), la ministre des Affaires sociales vient de faire savoir (16 janvier 2013) que le recours à une mère porteuse est une pratique exceptionnelle qui n'est réalisée que dans une minorité de programmes de soins en médecine de la reproduction. Les indications et les modalités de cette pratique font partie du code éthique de ...

Lire la suite

Proposition de loi sur la "maternité de substitution"

Proposition de loi sur la "maternité de substitution"

- Gestation pour autrui

Le 4 mai 2011, une proposition de la loi a été déposée ( Doc 53 1429/001 Mme Nahima Lanjri et consorts) devant la Chambre des représentants afin de rendre pénalement répréhensible la commercialisation de la maternité de substitution. Les auteurs constatent que de plus en plus d'enfant nés d'une mère porteuse deviennent l'objet d'intérêts commerciaux. Les auteurs souhaitent réaffirmer le principe que l'enfant n'est pas une marchandise et souhaitent dès lors voir interdire toute transaction comm...

Lire la suite