GPA : une pratique incontrôlable

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Gestation pour autrui

Actualités

Publié le : 13/01/2016

A l'heure où un Rapport d'information sur la pratique de la GPA (Gestation pour autrui) a été voté par la Commission des Affaires Institutionnelles du Sénat, la presse internationale se fait l'écho d'une multiplication des problèmes liés à des contrats de mères porteuses dans le monde. 
Ainsi, deux cas - à New York et en Californie - ont secoué les Etats-Unis en novembre et décembre dernier. La situation de ces deux mères porteuses étant sensiblement la même, puisqu'elles se sont retrouvées enceintes de triplés. Ne souhaitant accueillir que deux bébés, les couples commanditaires (parents intentionnels) ont exigé de ces femmes qu'elles avortent le troisième bébé. Ayant refusé, elles sont vues menacées de perdre leur rémunération qui tourne autour des 30 000 dollars.
Un autre cas très récent concerne un couple d'homosexuels israéliens qui avait commandé un enfant au Népal. Les tests génétiques réalisés sur l'enfant ont obtenu attestent qu'il y aurait eu une erreur. Ce n'est pas 'leur' enfant, qui a donc été renvoyé au Népal. Le couple est dès lors en attente de leur 'vrai' enfant biologique.
Toutes ces situations interviennent alors qu'un contrat précis avait été établi. Cela révèle notamment qu'inscrire dans une loi et encadrer de façon stricte la GPA n'empêche aucunement les dérapages. Même si le désir d'enfant est ainsi assouvi par la GPA, le risque de multiples souffrances imprévues est bien réel non seulement pour la mère porteuse et les parents commenditaires, mais aussi et surtout pour l'enfant.
Sources : Le Point ; The Times of Israël


Articles similaires

La pratique des mères porteuses devant la Cour européenne des droits de l'homme

La pratique des mères porteuses devant la Cour européenne des droits de l'homme

- Gestation pour autrui

La gestation pour autrui (GPA) pose de nombreuses et délicates questions sur le plan juridique, en particulier sur le plan du lien de filiation avec le père biologique ou la mère d'intention.

La Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) a eu l'occasion de se prononcer à plusieurs reprises, ces dernières années, au sujet de la pratique de la GPA, du point de vue de son articulation avec les droits fondamentaux, en particulier le droit au respect de la vie privée et familiale.

L'Institut Eu...

Lire la suite

Grèce : explosion des pratiques de mères porteuses

Grèce : explosion des pratiques de mères porteuses

- Gestation pour autrui

La Grèce est le troisième pays européen à avoir autorisé la gestation pour autrui (GPA) en 2014, après le Royaume-Uni et la Roumanie. Depuis lors, la pratique des mères porteuses est en pleine expansion, attirant de nombreux couples de tous les pays. Une émission de BFM TV révèle le développement exponentiel des mères porteuses en Grèce « nouvel eldorado de la GPA. »
A l'heure actuelle, une dizaine de cliniques se sont déjà spécialisées dans le domaine. De la fécondation in vitro dans le sein ...

Lire la suite

Mères porteuses : proposition de loi pour légaliser cette pratique en Belgique

Mères porteuses : proposition de loi pour légaliser cette pratique en Belgique

- Gestation pour autrui

Reprenant le texte d'une proposition déjà déposé au Sénat le 24 septembre 2007 (doc. Sénat, nº 4-193/1 - SE 2007), M. Bart Tommelein et consorts proposent d'interdire par principe toute convention de grossesse de substitution en raison des risques trop élevés de dommages corporels et psychiques chez la mère porteuse, sa famille, les parents demandeurs et l'enfant.
Le texte proposé prévoit néanmoins de larges exceptions pour les femmes dont la stérilité est attestée par un médecin gynécologue o...

Lire la suite