France : vers une reconnaissance de fait de la GPA par la Cour de cassation ?

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Gestation pour autrui

Actualités

Publié le : 22/06/2015

Ce vendredi 19 juin 2015 s'est déroulée l'audience de la Cour de Cassation  relative à des demandes de transcription à l'état civil français de l'acte de naissance de deux enfants nés de mères porteuses et de pères français en Russie. La Cour d'appel de Rennes avait refusé cette transcription le 15 avril 2014, avant de l'accepter le 16 décembre 2014 suite à un arrêt de la Cour Européenne des Droits de l'Homme du 26 juin 2014.
La CEDH a en effet reconnu à la France le droit d'interdire la gestation pour autrui sur son territoire, tout en lui imposant de ne pas attenter à l'intérêt supérieur de l'enfant, en ne niant pas son identité et son lien de filiation.
Il convient de rappeler qu'en France, les enfants issus d'une GPA à l'étranger disposent d'un acte de naissance étranger reconnu en France et d'un passeport. La nationalité française peut être très facilement acquise, en particulier depuis la circulaire de Christiane Taubira datée du 25 janvier 2013. Ainsi, sans avoir de livret de famille français, les enfants disposent des mêmes droits que les enfants nés en France. La non-transcription de leur acte de naissance ne leur cause pas de préjudice.
Pourtant, la Cour de cassation semble, au regard des déclarations du Procureur général durant l'audience du 19 juin 2015, envisager un revirement jurisprudentiel, permettant l'inscription à l'état civil français des enfants ayant un père biologique de nationalité française. Cette acceptation engendrerait aussitôt l'établissement légal de la GPA en France.
Une fois l'enfant inscrit à l'état civil français, il pourrait aisément être adopté par le mari, la femme, le ou la partenaire de son père. Cette décision irait donc à l'encontre du droit positif français pour lequel, au nom de l'indisponibilité et de la non patrimonialité du corps humain, la GPA est frappée de nullité d'ordre public.
Source : Le Monde
 


Articles similaires

France : refus de durcir les sanctions contre la GPA

France : refus de durcir les sanctions contre la GPA

- Gestation pour autrui

Une proposition de loi du député Jean Leonetti, visant à sanctionner le recours aux mères porteuses à l'étranger, et notamment en Belgique*, par les couples français, a été proposée à l'Assemblée nationale le jeudi 4 décembre dernier. Elle prévoyait des peines pouvant aller jusqu'à un an de prison et 15.000 euros d'amende, peines aujourd'hui destinées aux personnes qui organiseraient le commerce des mères porteuses. Mais l'Assemblée nationale a, par une une motion de rejet préalable, refusé de...

Lire la suite

France : la Cour de Cassation n’ose pas se prononcer sur la GPA

France : la Cour de Cassation n’ose pas se prononcer sur la GPA

- Gestation pour autrui

La Cour de cassation française n'a pas voulu trancher la demande de reconnaissance de la filiation américaine des époux Mennesson, ce couple qui a eu recours, en 2000 en Californie, à une mère porteuse et à une autre femme donneuse d'ovocytes. Dans son arrêt du 5 octobre, elle sollicite l'avis de la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) sur la question de la reconnaissance de la filiation de la «mère d'intention» pour les enfants nés par gestation pour autrui (GPA) à l'étranger.
...

Lire la suite

France : Avis du CCNE sur la PMA , la GPA et l’euthanasie

France : Avis du CCNE sur la PMA , la GPA et l’euthanasie

- Gestation pour autrui

Dans son avis du 25 septembre, le CCNE (Comité consultatif national d'éthique) propose d'autoriser l'ouverture de procréation médicalement assistée (PMA) non seulement aux couples de femmes mais aussi aux femmes seules. Il se prononce en revanche contre la gestation pour autrui (GPA).

Selon le CCNE ouvrir la PMA aux personnes qui ne sont pas infertiles « modifie profondément les relations de l'enfant à son environnement familial, en termes de repères familiaux, d'absence de père, institutio...

Lire la suite