CEDH : GPA / Italie condamnée

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Gestation pour autrui

Actualités

Publié le : 12/02/2015

La Cour Européenne des Droits de l'Homme (CEDH) a rendu un nouvel arrêt condamnant l'Italie, sur un cas d'exploitation de mère porteuse.
Un couple d'Italiens était revenu de Russie avec un enfant obtenu en payant les services d'une mère porteuse. L'enfant n'avait de lien génétique avec aucun des deux commanditaires. Ceux-ci ont été mis en examen pour altération d'état civil, l'état civil russe étant établi sur la base de données mensongères, faux et infraction aux lois sur l'adoption. Après 6 mois passés avec les « acheteurs », l'enfant a été placé et a reçu un nouvel état civil comme né de parents inconnus.
C'est précisément sur la question de la conformité du placement de cet enfant aux dispositions de la Convention Européenne des Droits de l'Homme que la Cour Européenne des Droits de l'Homme a statué.
Par son Arrêt du 27 janvier 2015 Paradiso et Campanelli, la Cour s'oppose au droit italien et considère que la justice italienne a porté une atteinte disproportionnée à la « vie familiale » des commanditaires, notamment en ordonnant  la mesure de placement de l'enfant qu'ils avaient acquis en Russie. L'Italie a été condamnée à payer au couple de commanditaires la somme de 20.000 euros. Il se peut que le gouvernement italien fasse appel, et que d'autres gouvernements le soutiennent ; mais la Cour a aussi le pouvoir de rejeter cette demande sans justification.
Dossier IEB : Faut-il légaliser la Gestation pour autrui ?
Fiche didactique : GPA
Analyse de Greggor PUPPINCK, European Centre for Law and Justice

 


Articles similaires

La CEDH donne raison à l’Italie lui permettant de s’opposer à une GPA internationale

La CEDH donne raison à l’Italie lui permettant de s’opposer à une GPA internationale

- Gestation pour autrui

Dans le cadre de l'affaire Paradiso et Campanelli, la Cour Européenne des Droits de l'Homme s'était opposée au droit italien par un décret datant du 27 janvier 2015. La Cour italienne, sous demande du gouvernement italien, avait fait appel, et la CEDH vient de réajuster son verdict (cf. Bulletin de l'IEB : CEDH : GPA/Italie condamnée )

En 2011, un couple italien a conclu un accord de gestation pour autrui en Russie. L'enfant né à la suite de cet accord est sans lien biologique avec les parent...

Lire la suite

Italie : contourner la loi qui interdit la GPA

Italie : contourner la loi qui interdit la GPA

- Gestation pour autrui

Nicola Vendola (57 ans), militant LGBT et homme politique du parti d'extrême-gauche  Ecologie et liberté qui lutte pour la libération du prolétariat, a décidé de « louer le ventre d'une femme indonésienne et d'acheter les ovules d'une autre » afin d'avoir un enfant avec son jeune compagnon canadien Eddy Testa,  devenu le père biologique du bébé né en Californie.
S'il est exact que le projet de loi instituant le contrat d'union civile a bien été adopté en Italie ce jeudi 25 février, par contre ...

Lire la suite

Italie : quand l'objection de conscience se généralise

- Clauses de conscience

En Italie, un nombre croissant de gynécologues et de personnel paramédical refusent de pratiquer des interruptions volontaires de grossesse. Selon l'Institut national des statistiques (Istat), cela concernerait 80% des gynécologues italiens et 50% des anesthésistes et infirmiers. A Naples, par exemple, "un seul service hospitalier est encore ouvert et en Sicile, le taux d'abstention des spécialistes frôle la barre des 80,6%".
Cette généralisation de l'objection de conscience, pourtant le fait ...

Lire la suite