Belgique : salon de promotion de la GPA commerciale à Bruxelles

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Gestation pour autrui

Actualités

Publié le : 07/05/2015

Ce dimanche 3 mai, un consortium américain, « Men Having Babies » (MHB) a organisé un salon de promotion de la Gestation Pour Autrui (GPA) en plein coeur de Bruxelles.
Ce salon donnait la parole à une dizaine de spécialistes et de témoins, dont l'objectif était de présenter les différentes phases du processus de la GPA commerciale, soulignant notamment les « ficelles » qui permettent de faire des économies. La brochure remise aux participants affichait en toute transparence les coûts moyens de la « Surrogacy journey », qui selon  l'agence ou la clinique choisie, se situent entre 77.000$ et 171.000$. Le choix du sexe du bébé était également offert, de même que la possibilité d'effectuer un test génétique visant à réduire les malformations ou les risques génétiques. Derrière leur stand, une douzaine d'agences américaines et canadiennes concrétisaient les ventes, destinées principalement aux personnes homosexuelles.
Lors de sessions parallèles, médecins et juristes ont expliqué à des candidats belges,  français et allemands la façon de contourner leur législation nationale lorsque celle-ci interdit formellement  la pratique de la GPA commerciale.
 Face à cette initiative, le monde politique n'a pas manqué de réagir. Karine Jiroflée, députée socialiste néerlandophone a déclaré : « Ce colloque est répréhensible et semblable à de la traite d'êtres humains ». Anne-Charlotte d'Ursel, députée MR à la Région bruxelloise, s'est pour sa part insurgée contre le fait qu'un bâtiment officiel, siège du gouvernement bruxellois (BIP),  « ait pu être loué par une organisation assurant la promotion de la gestation pour autrui commerciale ».
De même, le cdH s'est exprimé avec force en rappelant son opposition  à « toute forme de marchandisation du corps ».
 
Ce même jour, des sympathisants du collectif No Maternity Traffic ont manifesté à quelque pas du salon, réaffirmant l'exigence de défendre les droits de l'enfant face à ce qui est ni plus ni moins qu'une forme de traite des êtres humains. Une pétition émanant de l'Union Internationale pour l'abolition de la gestation pour autrui a été proposée à la signature.
 


Articles similaires

Belgique : interdire le tourisme procréatif et la GPA aux Français

Belgique : interdire le tourisme procréatif et la GPA aux Français

- Gestation pour autrui

En France, le recours aux mères porteuses est interdit et sévèrement puni. Il arrive toutefois que des couples français hétérosexuels ou homosexuels profitent de l'accueil de certains hôpitaux en Belgique, faisant appel aux praticiens belges pour braver l'interdit français et forcer ensuite l'Etat français à reconnaître un enfant né par GPA à l'étranger. On estime que la moitié des GPA réalisées en Belgique a pour commanditaires des Français.
Ce phénomène de contournement de la loi française e...

Lire la suite

Belgique : les associations de femmes réaffirment leur ferme opposition à la pratique de la GPA

Belgique : les associations de femmes réaffirment leur ferme opposition à la pratique de la GPA

- Gestation pour autrui

Ce mardi 19 janvier 2016, l'Université des femmes s'est réunie à Bruxelles pour une journée d'études sur le thème « Mères porteuses et GPA, faits et effets ». Tout au long de la journée, différents experts se sont succédé afin de cerner les enjeux de cette problématique. 

La matinée a permis de faire la lumière sur la pratique concrète des mères porteuses en Belgique et dans le monde. Médecins et sages-femmes ont ainsi pu expliquer l'impact non négligeable que représentent les procédures de P...

Lire la suite

Mères porteuses en Belgique : une pratique anonyme dans des centres non identifiables

Mères porteuses en Belgique : une pratique anonyme dans des centres non identifiables

- Gestation pour autrui

Répondant à une question parlementaire de la sénatrice Elke Sleurs (N-VA) posée en décembre 2011 à propos de la pratique des mères porteuses en Belgique (Question écrite 5-4239), la ministre des Affaires sociales vient de faire savoir (16 janvier 2013) que le recours à une mère porteuse est une pratique exceptionnelle qui n'est réalisée que dans une minorité de programmes de soins en médecine de la reproduction. Les indications et les modalités de cette pratique font partie du code éthique de ...

Lire la suite