Appel international pour interdire la pratique des mères porteuses

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Gestation pour autrui

Actualités

Publié le : 27/11/2014

Le 20 novembre 2014, jour du 25ème anniversaire de l'adoption de la Convention Internationale des Droits de l'Enfant (CIDE), une initiative internationale visant à réclamer l'interdiction de la pratique de la maternité de substitution à été lancée par l'Union internationale pour l'abolition de la gestation pour autrui (International Union for the Abolition of Surrogacy). Au travers de la pétition No Maternity Traffic, ce collectif demande au Conseil de l'Europe de s'engager pour l'interdiction effective de toute forme de gestation pour autrui (GPA).

Sur le site de la pétition www.nomaternitytraffic.eu, il est souligné que la GPA viole le droit européen et international, en particulier les conventions sur les droits de l'enfant (1989), sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes (1979), en matière d'adoption (1967 et 1993), sur la lutte contre la traite des êtres humains (2005) et sur les droits de l'homme et la biomédecine (1997).
La pétition demande :
-    à l'Assemblée Parlementaire du Conseil de l'Europe, conformément à l'article 65 de son Règlement, de condamner clairement toute pratique de GPA comme contraire en soi aux droits et à la dignité des personnes ;
-    aux gouvernements, d'initier la rédaction d'un texte interdisant expressément toute forme de GPA en Europe ;
-    à la Cour Européenne des Droits de l'Homme (CEDH), d'être garante des droits des femmes et des enfants et de condamner la pratique de la GPA comme contraires aux droits de l'homme.

La défense des droits de l'homme doit s'adapter aux nouvelles menaces pesant sur les êtres humains, et l'initiative No Maternity Traffic souhaite que l'Europe donne l'exemple en vue de l'abolition universelle de la gestation pour autrui.

La collecte des pétitions s'achèvera le 8 mars 2015, Journée Internationale de la Femme, et sera ensuite remise officiellement au Président de l'Assemblée Parlementaire du Conseil de l'Europe.

Source : Alliance Vita - Dossier de l'IEB ici  - Fiche Didactique IEB ici
 


Articles similaires

Mères porteuses indiennes : le Consulat de Belgique réagit.

Mères porteuses indiennes : le Consulat de Belgique réagit.

- Gestation pour autrui

Huit pays de l'UE, dont la Belgique, ont demandé aux cliniques indiennes de ne plus accepter les clients européens en quête d'une mère porteuse, rapporte The Times of India. Les consulats de Belgique, de France, d'Allemagne, d'Italie, des Pays-Bas, de Pologne, d'Espagne et de République tchèque ont écrit à une dizaine de cliniques de Bombay la semaine dernière pour leur demander de réorienter leurs citoyens en quête de mère porteuse vers leur consulat avant d'entamer toute procédure. Cette déc...

Lire la suite

MERES PORTEUSES (GPA)

- Gestation pour autrui



 

 

 

 

 

 

 

o    Royaume-Uni : quand une femme accouche de son petit-fils

o    Conseil de l'Europe : GPA rejet définitif du Rapport De Sutter

o    Luxembourg : il est urgent de réformer la filiation mais prématuré d'interdire la GPA

o    Inde : les centres de maternité de substitution se délocalisent au Cambodge

o    Portugal : véto présidentiel à la gestation pour autrui

o    Portugal : autorisation de la GPA comme remède à l'infertilité et élargissement de l'accès à la PMA

o...

Lire la suite

Grèce : explosion des pratiques de mères porteuses

Grèce : explosion des pratiques de mères porteuses

- Gestation pour autrui

La Grèce est le troisième pays européen à avoir autorisé la gestation pour autrui (GPA) en 2014, après le Royaume-Uni et la Roumanie. Depuis lors, la pratique des mères porteuses est en pleine expansion, attirant de nombreux couples de tous les pays. Une émission de BFM TV révèle le développement exponentiel des mères porteuses en Grèce « nouvel eldorado de la GPA. »
A l'heure actuelle, une dizaine de cliniques se sont déjà spécialisées dans le domaine. De la fécondation in vitro dans le sein ...

Lire la suite