Appel international pour interdire la pratique des mères porteuses

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Gestation pour autrui

Actualités

Publié le : 27/11/2014

Le 20 novembre 2014, jour du 25ème anniversaire de l'adoption de la Convention Internationale des Droits de l'Enfant (CIDE), une initiative internationale visant à réclamer l'interdiction de la pratique de la maternité de substitution à été lancée par l'Union internationale pour l'abolition de la gestation pour autrui (International Union for the Abolition of Surrogacy). Au travers de la pétition No Maternity Traffic, ce collectif demande au Conseil de l'Europe de s'engager pour l'interdiction effective de toute forme de gestation pour autrui (GPA).

Sur le site de la pétition www.nomaternitytraffic.eu, il est souligné que la GPA viole le droit européen et international, en particulier les conventions sur les droits de l'enfant (1989), sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes (1979), en matière d'adoption (1967 et 1993), sur la lutte contre la traite des êtres humains (2005) et sur les droits de l'homme et la biomédecine (1997).
La pétition demande :
-    à l'Assemblée Parlementaire du Conseil de l'Europe, conformément à l'article 65 de son Règlement, de condamner clairement toute pratique de GPA comme contraire en soi aux droits et à la dignité des personnes ;
-    aux gouvernements, d'initier la rédaction d'un texte interdisant expressément toute forme de GPA en Europe ;
-    à la Cour Européenne des Droits de l'Homme (CEDH), d'être garante des droits des femmes et des enfants et de condamner la pratique de la GPA comme contraires aux droits de l'homme.

La défense des droits de l'homme doit s'adapter aux nouvelles menaces pesant sur les êtres humains, et l'initiative No Maternity Traffic souhaite que l'Europe donne l'exemple en vue de l'abolition universelle de la gestation pour autrui.

La collecte des pétitions s'achèvera le 8 mars 2015, Journée Internationale de la Femme, et sera ensuite remise officiellement au Président de l'Assemblée Parlementaire du Conseil de l'Europe.

Source : Alliance Vita - Dossier de l'IEB ici  - Fiche Didactique IEB ici
 


Articles similaires

Belgique : les associations de femmes réaffirment leur ferme opposition à la pratique de la GPA

Belgique : les associations de femmes réaffirment leur ferme opposition à la pratique de la GPA

- Gestation pour autrui

Ce mardi 19 janvier 2016, l'Université des femmes s'est réunie à Bruxelles pour une journée d'études sur le thème « Mères porteuses et GPA, faits et effets ». Tout au long de la journée, différents experts se sont succédé afin de cerner les enjeux de cette problématique. 

La matinée a permis de faire la lumière sur la pratique concrète des mères porteuses en Belgique et dans le monde. Médecins et sages-femmes ont ainsi pu expliquer l'impact non négligeable que représentent les procédures de P...

Lire la suite

La CEDH donne raison à l’Italie lui permettant de s’opposer à une GPA internationale

La CEDH donne raison à l’Italie lui permettant de s’opposer à une GPA internationale

- Gestation pour autrui

Dans le cadre de l'affaire Paradiso et Campanelli, la Cour Européenne des Droits de l'Homme s'était opposée au droit italien par un décret datant du 27 janvier 2015. La Cour italienne, sous demande du gouvernement italien, avait fait appel, et la CEDH vient de réajuster son verdict (cf. Bulletin de l'IEB : CEDH : GPA/Italie condamnée )

En 2011, un couple italien a conclu un accord de gestation pour autrui en Russie. L'enfant né à la suite de cet accord est sans lien biologique avec les parent...

Lire la suite

Mères porteuses en Belgique : une pratique anonyme dans des centres non identifiables

Mères porteuses en Belgique : une pratique anonyme dans des centres non identifiables

- Gestation pour autrui

Répondant à une question parlementaire de la sénatrice Elke Sleurs (N-VA) posée en décembre 2011 à propos de la pratique des mères porteuses en Belgique (Question écrite 5-4239), la ministre des Affaires sociales vient de faire savoir (16 janvier 2013) que le recours à une mère porteuse est une pratique exceptionnelle qui n'est réalisée que dans une minorité de programmes de soins en médecine de la reproduction. Les indications et les modalités de cette pratique font partie du code éthique de ...

Lire la suite