Belgique : eugénisme et progrès de la médecine reproductive

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Eugénisme

Actualités

Publié le : 01/12/2017

La Belgique est connue pour son expérience dans le domaine de la génétique reproductive, et en particulier dans le diagnostic pré-implantatoire (DPI) et le diagnostic génétique prénatal. Unissant leurs compétences, le pôle « Hôpital Erasme - UZ Brussel » dit vouloir se positionner comme le plus expérimenté au monde en la matière.

On y compte 2.600 naissances de bébés qui, après avoir été sélectionnés par les généticien grâce au DPI, n'ont pas hérité de la maladie génétique portée par leur(s) parent(s). Il n'est pas fait mention du nombre d'embryons qui ont été « disqualifiés » et détruits suite à cette sélection.

Pour ce seul pôle Bruxellois, durant ces vingt dernières années, ce sont près de 70.000 foetus qui ont fait l'objet d'analyses et de tests chromosomiques en laboratoire avant la naissance dans leurs laboratoires. L'article publié dans le Journal du Médecin mentionne que cela a « permis de garantir que les foetus concernés seraient exempts de l'affection recherchée. »

Anne Delbaere, Chef de la Clinique de Fertilité à l'Hôpital Erasme, explique qu'il est aujourd'hui possible de « réaliser un diagnostic génétique des plus complet, permettant d'optimiser les chances de parents porteurs d'une maladie génétique de donner naissance à un enfant en bonne santé ».

Le développement de nouvelles techniques de DPI, notamment de la génétique moléculaire et des techniques d'assistance à la procréation, comme la cryo-préservation embryonnaire, permet de tester toutes les maladies génétiques pour lesquelles la mutation des gènes est connue. « De nouvelles plates-formes génétiques ont pu être développées, afin de rendre possible le séquençage à haut débit avant, pendant et après la grossesse », explique Delbaere.

La question éthique surgit : choisir quels embryons implanter en fonction d'une certaine caractéristique, ici l'absence de maladie, ne serait-ce pas une manière de sélectionner son enfant ? En d'autres termes, une forme d'eugénisme ? Faut-il bénéficier d'un passeport génétique particulier pour être autorisé à vivre ?

 Sources : Mediplanet


Articles similaires

Plus de 20.000 embryons détruits en Belgique chaque année sur base de leur « aspect »

Plus de 20.000 embryons détruits en Belgique chaque année sur base de leur « aspect »

- Eugénisme

Plusieurs scientifiques (1) remettent en question la destruction systématique d'embryons sur base de leur aspect. Jean-Michel Debry, écrivait déjà dans un article paru dans « Le Généraliste » du 14 janvier 2010 que « la morphologie des embryons n'est pas, dans une large mesure, indicatrice des aptitudes implantatoires. Les biologistes de PMA ont déjà une idée de cette réalité dans la mesure où lorsqu'ils ont l'occasion de prolonger la culture in vitro jusqu'au 5ème ou au 6ème jour, ils peuvent...

Lire la suite

Coût et bénéfice de l'eugénisme en Belgique

Coût et bénéfice de l'eugénisme en Belgique

- Eugénisme

La Belgique est le premier Etat à généraliser l'accès au "DPNI" ( Dépistage Prénatal Non Invasif ). Ce test génétique a même été élu "Produit de l'année 2017" par les lecteurs du Journal « De Standaard », devançant la « Fondation contre le cancer » et le « Bitcoin ».

Jusqu'à 26 millions d'euros seront déboursés annuellement par l'INAMI pour permettre à 100.000 femmes belges enceintes chaque année de faire le test.

Promu par la Ministre de la Santé (voir Bulletin IEB), parce que "cela permet...

Lire la suite

Belgique : l’appel du KCE pour des soins appropriés en fin de vie

Belgique : l’appel du KCE pour des soins appropriés en fin de vie

- Soins palliatifs

Comment se fait-il que certaines personnes reçoivent des soins « inappropriés » en Belgique ?

En collaboration avec des chercheurs de l'UCL et de l'UAntwerpen, le KCE (Centre fédéral d'Expertise des Soins de santé) a analysé les publications belges sur la question et a lancé une vaste étude (Rapport de plus de 200 pages) impliquant prestataires de soins, patients, proches, et bénévoles.

Il en ressort que les soins sont considérés comme « appropriés » quand ils sont adaptés aux besoins indivi...

Lire la suite