Résultats inattendus du DPNI : détection précoce d'un cancer du sang chez la mère

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Diagnostics prénataux

Actualités

Publié le : 29/11/2018

A l'occasion d'un dépistage prénatal non invasif de routine, 8 femmes enceintes ont été diagnostiquées porteuses d'un cancer du sang par le Centre pour la génétique humaine à l'hôpital universitaire de Leuven (Belgique).

Initialement conçu pour détecter une éventuelle anomalie chromosomique chez l'enfant à naître, ce test sanguin chez la mère, examine non seulement l'ADN du foetus, mais aussi celui de la mère, qui circulent dans le sang prélevé. Par le biais du DPNI, des chercheurs belges ont ainsi fortuitement détecté du matériel génétique de cellules cancéreuses dans le sang de femmes enceintes.

Ces résultats ont poussé les chercheurs à utiliser le test génétique, en dehors de tout cadre de grossesse, pour des personnes supposées en bonne santé. Sur 1.002 tests, 5 patients ont été diagnostiqués avec la maladie de Hodgkin ou un lymphome non Hodgkinien. Des défauts génétiques sanguins ont été identifiés chez 24 autres patients, sans cancer, mais dont l'évolution sera suivie de près.

 

La question éthique est bien présente: faut-il aller jusqu'à proposer un test pour diagnostiquer des cancers chez des personnes supposées être en bonne santé, autrement dit, avant l'apparition des symptômes?

Pour approfondir : Dossier de l'IEB sur le DPNI.

Source : KU Leuven News


Articles similaires

Des embryons prédisposés au cancer isolés par un diagnostic pré-implantatoire

Des embryons prédisposés au cancer isolés par un diagnostic pré-implantatoire

- Diagnostics prénataux

Trois jours après la fécondation in vitro d'ovules provenant de femmes qui présentent des affections génitales pouvant mener au cancer (neurofibromatose de type 1 ou maladie de Von Hippel-Landau), des chercheurs de l'hôpital universitaire de Louvain (UZ Leuven)  ont pu  déterminer par des tests génétiques si certains des embryons ont un risque de développer le syndrome du cancer à l'âge adulte. Seuls les embryons ne présentant pas cette affection génitale ont été replacés dans l'utérus

Source...

Lire la suite

717 embryons testés par le DPI afin d’éviter le cancer du sein ?

717 embryons testés par le DPI afin d’éviter le cancer du sein ?

- Diagnostics prénataux

Selon une étude belgo-néerlandaise, "la sélection par diagnostic préimplantatoire d'embryons exempts d'une mutation génétique provoquant des cancers du sein est une opération 'possible' mais reste une question 'controversée' ".
L'étude, dirigée par le Pr Willem Verpoest de l'Université UZ Brussel, a consisté, pour 70 couples, à faire "appel à des 'diagnostics génétiques préimplantatoires' pour écarter les mutations génétiques  BRCA1 et BRCA2, connues pour entraîner cancers du sein ou de l'ova...

Lire la suite

Contraception : résultats belges d’une étude internationale CHOICE

Contraception : résultats belges d’une étude internationale CHOICE

- Contraception

En dépit de la disponibilité de différentes formes fiables de contraceptifs, le nombre d'avortements enregistrés en Belgique continue d'augmenter au fil des ans. En l'espace de 15 ans, on a observé une augmentation de 44%, explique le Dr Weyers.
Parmi les chiffres clefs donnés par l'Etude CHOICE, la Belgique dispose du nombre le plus élevé d'utilisatrices de la pilule (67,4% vs 41,8% en moyenne) et du nombre le plus faible d'utilisateurs de préservatifs (5,3% vs 25,2% en moyenne).
Et toujours ...

Lire la suite