Les échographistes belges s’inquiètent de la décision de la Cour d’Appel de Gand

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Diagnostics prénataux

Actualités

Publié le : 06/02/2012

On se rappelle la condamnation d'un gynécologue de la région de Courtrai à dédommager de 100.000 euros les parents d'un enfant handicapé parce qu'il les avait avertis trop tard du handicap de leur petite fille, les empêchant de procéder à un éventuel avortement.
Cette affaire s'inscrit dans la lignée de plusieurs actions judiciaires et la décision de la Cour est lourde de conséquences, notamment dans l'optique d'une médecine défensive. « Une certaine peur s'installe chez les gynécologues et il est de plus en plus difficile de trouver des échographistes vu les risques liés à la pratique » souligne le Pr Jean-Pierre Schaaps, président du groupement des gynécologues-obstétriciens de langue française de Belgique (GGOLFB).
Le Journal du Médecin pose des questions essentielles : un Etat de droit digne de ce nom peut-il rencontrer une demande de ce type ? Et ceux qui avalisent une telle révolution ont-ils pensé aux conséquences psychologiques pour l'enfant ? Quelle sera sa réaction lorsqu'il découvrira ou apprendra que ses parents ont voulu l'empêcher de vivre et qu'à sa naissance, ils ont réclamé et obtenu indemnité du chef de cette naissance ? Peut-on imaginer atteinte plus profonde à la confiance ?
Se pose aussi la question de savoir si un avortement peut être réalisé jusqu'au jour précédant la naissance. (voir Bulletin de l'IEB)
Dossier complet sur ce sujet :" La naissance handicapée : un préjudice indemnisable ?"


Articles similaires

8 centres belges de génétique proposent un test ADN pour détecter la trisomie

8 centres belges de génétique proposent un test ADN pour détecter la trisomie

- Diagnostics prénataux

Afin de dépister la trisomie et lorsqu'ils soupçonnent une anomalie quelconque, les médecins effectuent généralement une amniocentèse, étant toutefois conscients du risque de 1 % de fausse couche provoquée par cette technique invasive. Depuis 6 mois, le Prof Jani (chef du service de gynécologie-obstétrique au CHU Brugmann) utilise une nouvelle technique. "C'est une prise de sang qu'on envoie dans un laboratoire américain. Celui-ci dispose d'une technique qui permet de détecter l'ADN foetal dan...

Lire la suite

Suisse : GPA : une décision qui « fait primer le droit de l’enfant sur le droit à l’enfant »

Suisse : GPA : une décision qui « fait primer le droit de l’enfant sur le droit à l’enfant »

- Gestation pour autrui

Partis en Californie, où ils avaient trouvé une mère porteuse, deux hommes, qui vivent en partenariat enregistré dans le canton de Saint-Gall, en sont revenus avec un petit garçon. Ils ont alors demandé à ce qu'il soit inscrit dans les registres suisses de l'état civil.
Le Tribunal fédéral a cependant statué que seul le père biologique, celui dont les spermatozoïdes avaient été utilisés pour la fécondation des ovules d'une femme-donneuse anonyme avant implantation de l'embryon dans l'utérus d'...

Lire la suite

Canada : "Aide à mourir" : décision de la Cour suprême

Canada : "Aide à mourir" : décision de la Cour suprême

- Euthanasie et suicide assisté

La Cour suprême avait jugé, en 1993, dans l'affaire Sue Rodriguez contre Colombie-Britannique (Procureur général), que les dispositions légales incriminant l'aide au suicide ne portaient pas atteinte aux libertés fondamentales.

Par un arrêt du 6 février 2015, la Cour suprême du Canada déclare à présent que les dispositions du Code criminel interdisant « l'aide médicale à mourir » sont inconstitutionnelles en ce qu'elles portent atteinte à certains droits fondamentaux consacrés par la Charte c...

Lire la suite