Le nouveau test sanguin maternel pour déceler trisomie 21 du fœtus

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Diagnostics prénataux

Actualités

Publié le : 17/01/2014

Des femmes enceintes néerlandaises se déplacent en Belgique pour faire un test permettant de vérifier si leur enfant est atteint du syndrome de Down. Ce test*, interdit aux Pays-Bas, est réalisé sur un échantillon de sang maternel et permet de vérifier certaines anomalies au niveau des chromosomes. D'après les dires de la Ministre, il est actuellement en phase de validation clinique au sein des huit centres belges de génétique humaine. Le Conseil Supérieur de la Santé examine actuellement la plus-value de ce test fort coûteux (400 euros) (soit 55 millions d'euros/an pour 66,000 femmes enceintes) et les conditions dans lesquelles il devrait être effectué. De plus, un groupe mixte a été composé avec des représentants du KCE, des centres génétiques, du Collège de l'hérédité humaine et du Collège maternité et soins périnataux pour harmoniser les initiatives et un avis à ce sujet a été demandé au comité consultatif de bio-éthique.
Ce test n'est actuellement pas remboursé par l'assurance soins de santé obligatoire, ce qui n'empêche pas les firmes qui le commercialisent d'exercer une forte pression. « La performance du test déterminera dans quelle mesure il vaut mieux limiter le test aux grossesses à risque, plutôt que d'être appliqué à plus grande échelle. En raison de l'impact éventuel des résultats de ces tests, un accompagnement psychologique des parents est très important. », précise la Ministre. En cas d'anomalie révélée par le NIPT, l'avortement est présenté comme étant l'issue normale pour les parents.

* Non Invasive Prenatal Tests (NIPT), ou encore des Non invasive Fetal Trisomy tests(NIFTY).

Source : Question écrite n° 5-8754 de Nele Lijnen (Open Vld) du 17 avril 2013- réponse de la Ministre Onkelinx du 16 décembre 2013.


Articles similaires

Nouveau test prénatal : les Néerlandaises viennent en Belgique

Nouveau test prénatal : les Néerlandaises viennent en Belgique

- Diagnostics prénataux

Selon le journal néerlandais NRC Handelsblad, quelques 4.470 Néerlandaises enceintes franchissent chaque année la frontière y effectuer le nouveau test prénatal, actuellement interdit au Pays-Bas : celui-ci permet de détecter, au moyen d'une simple prise de sang chez les femmes enceintes, les anomalies génétiques du foetus, particulièrement la trisomie 21. Chaque semaine, une trentaine de Néerlandaises se présentent en Belgique pour effectuer le test et une cinquantaine par semaine envoient, e...

Lire la suite

Test sanguin pour déceler un handicap

Test sanguin pour déceler un handicap

- Diagnostics prénataux

Un test sanguin chez la maman permet à présent de déceler si son bébé est porteur d'une des trois trisomies principales. Jusqu'à présent, ce test se faisait uniquement par amniocentèse, une technique invasive qui entraîne des risques de fausses couches.
Le test sanguin revient à 600 euros qui ne sont pas remboursés par la sécurité sociale. De plus, il pose d'importantes questions éthiques.
Le professeur Jacques Jani, chef du service de gynécologie-obstétrique à l'hôpital Brugmann souligne en e...

Lire la suite

8 centres belges de génétique proposent un test ADN pour détecter la trisomie

8 centres belges de génétique proposent un test ADN pour détecter la trisomie

- Diagnostics prénataux

Afin de dépister la trisomie et lorsqu'ils soupçonnent une anomalie quelconque, les médecins effectuent généralement une amniocentèse, étant toutefois conscients du risque de 1 % de fausse couche provoquée par cette technique invasive. Depuis 6 mois, le Prof Jani (chef du service de gynécologie-obstétrique au CHU Brugmann) utilise une nouvelle technique. "C'est une prise de sang qu'on envoie dans un laboratoire américain. Celui-ci dispose d'une technique qui permet de détecter l'ADN foetal dan...

Lire la suite