Des erreurs dans les tests de dépistage prénatal entraînent des avortements injustifiés

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Diagnostics prénataux

Actualités

Publié le : 13/10/2011

Le 13 octobre 2011, la revue Ultrasound in Obstetrics and Gynecology* a publié la synthèse d'études, réalisées par des chercheurs britanniques, sur les trop nombreuses erreurs de diagnostics prénatals (DPN) qui conduisent à des interruptions de grossesse (IVG). Ce constat alarmant fait suite à 4 études, menées par des chercheurs de l'Imperial College London, du Queen Charlottes and Chelsea Hospital et de la Leuven University (Belgique), sur l'utilisation de l'échographie en début de grossesse. Lors de ce premier examen, la mesure de l'embryon, qui ne fait que 5-6 mm à peine, sert à déterminer la viabilité de la grossesse ou le risque de fausse-couche. Les obstétriciens se fient au diamètre moyen du sac gestationnel quand l'embryon lui-même ne peut être vu et à la longueur de l'embryon, si aucun battement de coeur n'est détecté.
Si les directives varient et si les critères qui permettent de détecter une grossesse dite "à risque" diffèrent d'un pays à l'autre, les chercheurs ont estimé qu'il pourrait y avoir près de 400 erreurs de diagnostic chaque année, rien qu'au Royaume-Uni.

Ils ont donc cherché à établir des "valeurs limites universelles utilisables en toute confiance pour détecter une grossesse à risque". En "assouplissant légèrement" les critères déterminant la non viabilité d'une grossesse, les chercheurs observent qu' "il n'y a plus aucun cas d'une grossesse viable diagnostiquée comme non viable". Afin d'éviter ces erreurs trop nombreuses, ils suggèrent l'application de ces nouveaux critères apparemment plus fiables et recommandent de renouveler l'échographie pour les cas "limites". 

*Ultrasound in Obstetrics and Gynecology, “Gestational sac and embryonic growth are not useful as criteria to define miscarriage: a multicenter observational studyY. Abdallah,A. Daemen,S. Guha,S. Syed,O. Naji,A. Pexsters,E. Kirk,C. Stalder,D. Gould,S. Ahmed,C. Bottomley,D. Timmerman,T. Bourne 13/10/11

 A lire :  "Diagnostic prénatal : quelle finalité ?"

 

 

 

 


Articles similaires

Fallait-il proposer un test de dépistage prénatal à Madame A .?

Fallait-il proposer un test de dépistage prénatal à Madame A .?

- Diagnostics prénataux

Cour Européenne des Droits de l'Homme - Affaire A.K. c. Lettonie - Arrêt du 14 juin 2014

En 2002, à l'âge de 41 ans, madame A.K. donna naissance à un enfant qui s'avéra être atteint du syndrome de Down - ce qui ne fut découvert qu'après la naissance.  Madame A.K. porta plainte contre l'hôpital et contre le gynécologue qui avait suivi sa grossesse, alléguant que ce dernier aurait dû lui proposer de passer un test de dépistage « AFP » - ce que, d'après madame A.K., il ne fit pas.
Madame A.K. es...

Lire la suite

GROSSESSE - DIAGNOSTIQUE PRENATAL

- Diagnostics prénataux

o    Texas : les foetus morts ne seront plus jetés avec les tumeurs ou autres déchets biomédicaux

o    CEDH : droit à la vie de l'enfant à naître

o    Pologne : vers une meilleure protection de l'enfant à naître ?

o    Belgique : pour une meilleure reconnaissance de la douleur des parents d'enfants nés sans vie

o    Pologne : aides pour les femmes attendant un enfant porteur d'un handicap

o    Belgique : protection des femmes enceintes

o    Suisse : accouchement dans la discrétion et boî...

Lire la suite

Belgique : gratuité du test sanguin prénatal non invasif

Belgique : gratuité du test sanguin prénatal non invasif

- Diagnostics prénataux

A partir du 1er juillet 2017, toute femme enceinte pourra effectuer un dépistage de la trisomie 21 sur son enfant à l'aide du TPNI (test prénatal non invasif) pour 8,68 € maximum. D'ores et déjà disponible moyennant 290 €, ce test sera totalement remboursé pour celles qui bénéficient de l'intervention majorée.

Cette technique de dépistage de la trisomie 21 consiste à analyser l'ADN du foetus passant du placenta dans le sang de sa mère. On sait que l'amniocentèse, technique la plus couramment ...

Lire la suite