Des embryons prédisposés au cancer isolés par un diagnostic pré-implantatoire

Publié le : Thématique : Début de vie / Diagnostics prénataux Actualités Temps de lecture : 0 min.

 Imprimer

Trois jours après la fécondation in vitro d'ovules provenant de femmes qui présentent des affections génitales pouvant mener au cancer (neurofibromatose de type 1 ou maladie de Von Hippel-Landau), des chercheurs de l'hôpital universitaire de Louvain (UZ Leuven)  ont pu  déterminer par des tests génétiques si certains des embryons ont un risque de développer le syndrome du cancer à l'âge adulte. Seuls les embryons ne présentant pas cette affection génitale ont été replacés dans l'utérus

Source : La Libre du 12/03/2009


Articles similaires

Diagnostic préimplantatoire : pas de risque selon une étude de l’UZ Brussel

Diagnostic préimplantatoire : pas de risque selon une étude de l’UZ Brussel

- Diagnostics prénataux

Une biopsie embryonnaire, soit un examen génétique  (DPI) au cours duquel une ou deux cellules d'un embryon âgé de trois jours sont prélevées, n'entraîne pas d'anomalies telles que des malformations chez les bébés. C'est ce qu'il ressortirait d'une étude du Centre de génétique médicale de l'UZ Brussel.
De plus, aucune différence significative n'aurait été constatée au niveau des paramètres de croissance, du poids à la naissance, ainsi que du développement mental et psychomoteur, par rapport à ...

Lire la suite

Proposition de loi visant à étendre le champ d’application du diagnostic préimplantatoire

Proposition de loi visant à étendre le champ d’application du diagnostic préimplantatoire

- Diagnostics prénataux

Le 21 juin 2011, Madame Christine Defraigne et Monsieur Jacques Brotchi ont déposé devant le Sénat une proposition de loi visant à étendre le champ d'application du diagnostic préimplantatoire (DPI). Pour rappel, le DPI est une technique consistant, dans le cadre d'une fécondation in vitro, à analyser les caractéristiques génétiques des embryons afin de ne transférer dans l'utérus que ceux qui sont dépourvus de certaines anomalies.
S'appuyant sur certains avis du Comité consultatif de bioéthiq...

Lire la suite

Belgique : rembourser les diagnostics prénataux non invasifs (DPNI) pour déceler la Trisomie 21

Belgique : rembourser les diagnostics prénataux non invasifs (DPNI) pour déceler la Trisomie 21

- Diagnostics prénataux

Le cabinet de la ministre de la Santé publique et l'INAMI ne se sont pas encore prononcés quant à l'opportunité de rembourser le Diagnostic prénatal Non Invasif (DPNI)
Actuellement, les tests génétiques et sanguins  réalisés par les centres agréés de génétique ne sont pas encore remboursés par la Sécurité sociale, mais bien partiellement par certaines mutuelles pour des femmes enceintes « ciblées ». Le DPNI coûte pour l'instant 370 euros contre 450 euros en 2014. Il décrypte l'ensemble des chr...

Lire la suite