Belgique: la fin des échographies non médicales?

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Diagnostics prénataux

Actualités

Publié le : 12/03/2014

Dans un avis qui vient d'être publié, le Conseil supérieur de la Santé belge (CSS) vient de se prononcer "pour la réalisation d'échographies limitées aux seules fins de dépistage, de diagnostic et de suivi par des médecins et des techniciens dûment formés en échographie, durant la grossesse". Cet avis fait suite à une demande qui avait été faite par la ministre de la Santé publique, Laurette Onkelinx (PS).
Il met en cause, les échographies non médicales qui sont de plus en plus courantes et qui sont perçues par les parents comme divertissantes. Les experts en psychologie, toxicologie, génétique, radiation non ionisante, gynécologie et échographie du CSS appellent donc à la plus grande vigilance "en raison des risques plus prononcés pour le foetus liés aux effets thermiques et mécaniques des ultrasons". En effet, "pour obtenir une qualité d'image maximale, certaines parties du corps du foetus sont exposées plus longtemps aux ultrasons" explique le Conseil, qui mentionne cependant que "l'utilisation médicale limitée (occasionnelle) de cet examen, selon les règles d'utilisation bien établies, ne peut nuire au foetus".
 


Articles similaires

Belgique : 99,9% de traçage intra-utérin des enfants trisomiques par le test NIPT meilleur marché

Belgique : 99,9% de traçage intra-utérin des enfants trisomiques par le test NIPT meilleur marché

- Diagnostics prénataux

Dans un communiqué récent, une association regroupant huit centres de génétique de référence en Belgique a annoncé que le prix du test prénatal non invasif (NIPT) passera prochainement de 460 à 390 euros.
Le NIPT est un test génétique relativement récent effectué sur le sang d'une femme enceinte, plus sensible et plus précis que le dépistage classique. Il permet de déterminer à 99,9% si l'enfant à naître est atteint du syndrome de Down (Trisomie 21).
Jusqu'à ce jour, c'est un test combiné qui ...

Lire la suite

Belgique : le préjudice de l’enfant né handicapé n’est pas réparable

Belgique : le préjudice de l’enfant né handicapé n’est pas réparable

- Diagnostics prénataux

En écho à l'affaire Perruche en France, qui s'était soldée d'une intervention du législateur estimant que « nul ne peut se prévaloir d'un préjudice du seul fait de sa naissance », la Cour de cassation belge vient de publier sa décision d'octobre dernier et a confirmé sa jurisprudence sur la question délicate de la vie préjudiciable. Le préjudice de l'enfant né avec un handicap n'est donc pas réparable.

A l'origine du débat se trouve un couple dont l'enfant naquit avec la maladie de Sanfilippo...

Lire la suite

Belgique :  12.000 tests de dépistage du syndrome de Down effectués l'an dernier

Belgique : 12.000 tests de dépistage du syndrome de Down effectués l'an dernier

- Diagnostics prénataux

Quelque 12.000 femmes enceintes ont effectué un test prénatal de dépistage du syndrome de Down l'an dernier en Belgique. Il s'agit d'un test non invasif qui évalue, à partir du sang de la future mère, si le bébé souffre ou non du syndrome de Down.
Ce test, assez onéreux (entre 400 et 600 euros), n'est pas remboursé, et c'est pourquoi certains médecins demandent aux autorités d'en permettre le remboursement, arguant le danger d'une médecine à deux vitesses. Le Dr Jo Lebeer de l'Université d'Anv...

Lire la suite