Autisme et génétique : découvertes de chercheurs anversois

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Diagnostics prénataux

Actualités

Publié le : 12/03/2014

Grâce à la « NextGenerationSequencing », une nouvelle technologie de séquençage à haut débit qui permet de décrypter le génome humain en entier, et à une collaboration internationale, des scientifiques anversois ont réussi à identifier un nouveau gène dont les mutations peuvent causer l'autisme ou une limitation des capacités mentales.
Les chercheurs du Centrum MedischeGenetica, au sein duquel collaborent l'Université et l'hôpital universitaire d'Anvers, ont analysé les gènes d'un petit nombre de personnes. Chez un patient autiste, ils ont découvert une mutation du gène ADNP (activity-dependentneuroprotectiveprotein) qui le neutralise. De précédentes études ont montré que cette protéine, dont le rôle semble essentiel pour la formation et le fonctionnement du cerveau, est dérégulée dans le cerveau des patients schizophrènes.
Jamais encore, le lien n'avait toutefois été établi entre les mutations de ce gène et l'autisme.  Élargissant la recherche sur davantage de personnes atteintes de ce trouble, le Dr. Nathalie Van der Aa et ses collègues ont en effet mis à jour des mutations du même gène chez neuf autres patients.
 


Articles similaires

8 centres belges de génétique proposent un test ADN pour détecter la trisomie

8 centres belges de génétique proposent un test ADN pour détecter la trisomie

- Diagnostics prénataux

Afin de dépister la trisomie et lorsqu'ils soupçonnent une anomalie quelconque, les médecins effectuent généralement une amniocentèse, étant toutefois conscients du risque de 1 % de fausse couche provoquée par cette technique invasive. Depuis 6 mois, le Prof Jani (chef du service de gynécologie-obstétrique au CHU Brugmann) utilise une nouvelle technique. "C'est une prise de sang qu'on envoie dans un laboratoire américain. Celui-ci dispose d'une technique qui permet de détecter l'ADN foetal dan...

Lire la suite

UK : manipulation génétique : un embryon conçu des gamètes de 2 femmes et d’un homme

UK : manipulation génétique : un embryon conçu des gamètes de 2 femmes et d’un homme

- Gamètes

Les députés britanniques s'étant prononcés en faveur de la fécondation in vitro avec remplacement mitochondrial, le Royaume-Uni est sur le point d'autoriser la conception d'un embryon à partir des gamètes de 3 personnes. Cette technologie consiste à retirer de l'ovule de la mère les mitochondries (génératrices d'énergie des cellules) « défectueuses » responsables de maladies comme la myopathie ou le diabète pour les remplacer par des mitochondries saines provenant d'un ovule d'une autre femme....

Lire la suite

Faut-il lier les contrats d’assurances à des tests génétiques ?

Faut-il lier les contrats d’assurances à des tests génétiques ?

- Génétique

Au Québec, une loi fédérale qui protégeait efficacement les citoyens contre les discriminations sur la base de tests génétiques, a été jugée invalide par la Cour d'appel du Québec.  Pour cause : en pénalisant ces discriminations, le législateur fédéral a empiété sur les compétences provinciales.

La loi en question du 5 avril 2017 contient l'interdiction pour quiconque d'obliger une personne à subir un test génétique comme condition préalable à la fourniture de biens ou de services et à la con...

Lire la suite