8 centres belges de génétique proposent un test ADN pour détecter la trisomie

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Diagnostics prénataux

Actualités

Publié le : 10/09/2013

Afin de dépister la trisomie et lorsqu'ils soupçonnent une anomalie quelconque, les médecins effectuent généralement une amniocentèse, étant toutefois conscients du risque de 1 % de fausse couche provoquée par cette technique invasive. Depuis 6 mois, le Prof Jani (chef du service de gynécologie-obstétrique au CHU Brugmann) utilise une nouvelle technique. "C'est une prise de sang qu'on envoie dans un laboratoire américain. Celui-ci dispose d'une technique qui permet de détecter l'ADN foetal dans le sang de la mère." Pour ce médecin, c'est assurément une avancée, car on évite non seulement un risque de fausse couche mais aussi la venue au monde d'un enfant trisomique. Le professeur estime en effet que plus de 99 % des parents décident d'avorter lorsqu'ils apprennent que leur bébé sera atteint du syndrome.
Depuis cet été, les huit centres de génétique du pays proposent le même test sanguin.
Certains se sont élévés contre la pratique de ce test, non seulement du fait de son coût élevé et des répercussions sur le Budget de la Santé, mais aussi et surtout parce qu'ainsi, on en vient à « attenter à la vie d'une population entière parce qu'ils ne sont pas aptes génétiquement. C'est carrément de l'eugénisme » déclare la Fondation Jérôme Lejeune, qui depuis de nombreuses années soutient les familles et réalise des recherches sur la trisomie.
 


Articles similaires

Belgique : rembourser les diagnostics prénataux non invasifs (DPNI) pour déceler la Trisomie 21

Belgique : rembourser les diagnostics prénataux non invasifs (DPNI) pour déceler la Trisomie 21

- Diagnostics prénataux

Le cabinet de la ministre de la Santé publique et l'INAMI ne se sont pas encore prononcés quant à l'opportunité de rembourser le Diagnostic prénatal Non Invasif (DPNI)
Actuellement, les tests génétiques et sanguins  réalisés par les centres agréés de génétique ne sont pas encore remboursés par la Sécurité sociale, mais bien partiellement par certaines mutuelles pour des femmes enceintes « ciblées ». Le DPNI coûte pour l'instant 370 euros contre 450 euros en 2014. Il décrypte l'ensemble des chr...

Lire la suite

Autisme et génétique : découvertes de chercheurs anversois

Autisme et génétique : découvertes de chercheurs anversois

- Diagnostics prénataux

Grâce à la « NextGenerationSequencing », une nouvelle technologie de séquençage à haut débit qui permet de décrypter le génome humain en entier, et à une collaboration internationale, des scientifiques anversois ont réussi à identifier un nouveau gène dont les mutations peuvent causer l'autisme ou une limitation des capacités mentales.
Les chercheurs du Centrum MedischeGenetica, au sein duquel collaborent l'Université et l'hôpital universitaire d'Anvers, ont analysé les gènes d'un petit nombre...

Lire la suite

Les échographistes belges s’inquiètent de la décision de la Cour d’Appel de Gand

Les échographistes belges s’inquiètent de la décision de la Cour d’Appel de Gand

- Diagnostics prénataux

On se rappelle la condamnation d'un gynécologue de la région de Courtrai à dédommager de 100.000 euros les parents d'un enfant handicapé parce qu'il les avait avertis trop tard du handicap de leur petite fille, les empêchant de procéder à un éventuel avortement.
Cette affaire s'inscrit dans la lignée de plusieurs actions judiciaires et la décision de la Cour est lourde de conséquences, notamment dans l'optique d'une médecine défensive. « Une certaine peur s'installe chez les gynécologues et il...

Lire la suite