Une modification dans la profession de sages-femmes : elles peuvent aujourd’hui prescrire des contra

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Contraception

Actualités

Publié le : 02/03/2014

Sur base d'un Arrêté Royal qui vient d'être publié, les sages-femmes qui le désirent, pourront prescrire certains médicaments. La liste en  a été définie par un autre Arrêté Royal. Elles devront au préalable suivre un cours de 30h et passer un examen en pharmacologie. Dans la liste des médicaments figure les contraceptifs oraux.


Articles similaires

Prolongation des mesures d’intervention pour les contraceptifs pour les jeunes

Prolongation des mesures d’intervention pour les contraceptifs pour les jeunes

- Contraception

Il a été décidé que le financement expérimental de contraceptifs pour les jeunes serait prolongé. Cette intervention concerne les jeunes femmes jusqu'à l'âge de 20 ans sur présentation d'une prescription médicale ainsi que de leur carte SIS ou attestation équivalente.
Cette intervention peut varier, selon des calculs complexes, de 100% à 20 % du produit selon la classe dans laquelle le produit est rangé. Un plafond maximum pour l'intervention personnelle est également fixé et varie selon le st...

Lire la suite

La contraception hormonale de moins en moins satisfaisante ?

La contraception hormonale de moins en moins satisfaisante ?

- Contraception

Aux Pays-Bas, de moins en moins de femmes ont recours à la contraception hormonale. En 2017, 1.7 millions de femmes se sont vues prescrire la pilule, l'implant ou le stérilet hormonal, ce qui représente 43 % des femmes en âge de procréer, contre 48 % en 2015.

Si cette baisse de « consommation » concerne tous les âges de 15 à 48 ans, elle est la plus forte parmi les femmes entre 21 et 31 ans. Jusqu'à 21 ans, la contraception est en effet automatiquement remboursée par la sécurité sociale.

La ...

Lire la suite

Belgique : enquête sur la contraception

Belgique : enquête sur la contraception

- Contraception

Une enquête sur la contraception a récemment été réalisée en Belgique par Solidaris, sur des individus âgés de 14 à 55 ans. Certains résultats interpellent. Tout d'abord, tandis que la popularité de l'implant, du patch et du stérilet augmente, on observe une remise en cause de certains moyens contraceptifs tels que la pilule ou le préservatif masculin. Alors que 96% des femmes (9% de plus qu'en 2010) disent prendre la pilule, on perçoit aujourd'hui une baisse de la satisfaction par rapport à c...

Lire la suite