Une modification dans la profession de sages-femmes : elles peuvent aujourd’hui prescrire des contra

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Contraception

Actualités

Publié le : 02/03/2014

Sur base d'un Arrêté Royal qui vient d'être publié, les sages-femmes qui le désirent, pourront prescrire certains médicaments. La liste en  a été définie par un autre Arrêté Royal. Elles devront au préalable suivre un cours de 30h et passer un examen en pharmacologie. Dans la liste des médicaments figure les contraceptifs oraux.


Articles similaires

Europe : clarification pour la vente de produits contraceptifs ou abortifs

Europe : clarification pour la vente de produits contraceptifs ou abortifs

- Contraception

Dans le bulletin de l'IEB du 23 janvier 2015, mention était faite de la décision d'exécution de la Commission européenne du 7 janvier, qui autorisait la vente libre et sans prescription de la pilule abortive EllaOne,  dans les différents Etats membres de l'Union.
En réponse à une question de parlementaires européens, la Commission a affirmé que la Décision n'oblige aucunement les Etats de l'Union à autoriser la vente de ce produit abortif sur leur territoire, que ce soit avec ou sans prescript...

Lire la suite

Belgique : rembourser le stérilet et les patchs contraceptifs

Belgique : rembourser le stérilet et les patchs contraceptifs

- Contraception

Affirmant que, si la contraception n'est pas efficace, c'est parce qu'elle est mal utilisée, le Dr. Anne Verougstraete, qui pratique elle-même des avortements, plaide pour des moyens contraceptifs plus efficaces et fiables, et qui ne dépendent pas d'un oubli de la femme.
Or, le stérilet (qui a un effet potentiellement abortif) ou le patch contraceptif coûtent environ 150 euros et ne sont pas remboursés. Même si pour les jeunes filles de moins de 21 ans, la première utilisation est gratuite, le...

Lire la suite

Contraception : résultats belges d’une étude internationale CHOICE

Contraception : résultats belges d’une étude internationale CHOICE

- Contraception

En dépit de la disponibilité de différentes formes fiables de contraceptifs, le nombre d'avortements enregistrés en Belgique continue d'augmenter au fil des ans. En l'espace de 15 ans, on a observé une augmentation de 44%, explique le Dr Weyers.
Parmi les chiffres clefs donnés par l'Etude CHOICE, la Belgique dispose du nombre le plus élevé d'utilisatrices de la pilule (67,4% vs 41,8% en moyenne) et du nombre le plus faible d'utilisateurs de préservatifs (5,3% vs 25,2% en moyenne).
Et toujours ...

Lire la suite