Le CPAS d’Alost incitera-t-il systématiquement ses candidats à la contraception ?

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Contraception

Actualités

Publié le : 12/12/2018

La mesure a fait couler de l'encre ces derniers jours en Flandre : le CPAS d'Alost a décidé de suggérer d'office la prise de contraceptifs aux candidats pour le revenu d'intégration. « Nous devons oser dire aux gens qu'ils doivent prendre temporairement des contraceptifs », a annoncé Sarah Smeyers (NV-A), présidente du CPAS d'Alost. De plus, le CPAS remboursera la contraception si besoin.

Entre obligation, encouragement et possibilité, le degré d'application de la mesure reste ambigu. Sarah Smeyers affirme d'une part que la prise de contraceptifs restera « volontaire » et que « les familles qui la refusent ne seront pas sanctionnées », tout en précisant qu'il est important d'aborder systématiquement le sujet pour « combattre la pauvreté familiale ». Il s'agit donc avant tout d'un incitant moral et financier à la contraception pour les personnes en difficultés.

Le remboursement de la contraception pour les bénéficiaires du revenu d'intégration n'est pas une première : il est déjà proposé dans la commune de Gand depuis l'année dernière, mais sans que son CPAS ne doive conseiller explicitement la prise de contraceptifs.

Pour le Professeur d'éthique Heidi Mertens (UGent), une telle mesure « générale » va trop loin. Le sociologue Wim Van Lancker (KULeuven) se montre aussi préoccupé : « C'est vendu comme une mesure de lutte contre la pauvreté », de même que David De Vaal, coordinateur du Réseau contre la Pauvreté : « La manière dont la chose est présentée rend difficile de ne pas envisager la mesure comme contraignante. »

De telles dispositions laisseraient-elles présager un couplage imposé de la contraception à la perception de l'aide sociale ?


Articles similaires

La contraception hormonale de moins en moins satisfaisante ?

La contraception hormonale de moins en moins satisfaisante ?

- Contraception

Aux Pays-Bas, de moins en moins de femmes ont recours à la contraception hormonale. En 2017, 1.7 millions de femmes se sont vues prescrire la pilule, l'implant ou le stérilet hormonal, ce qui représente 43 % des femmes en âge de procréer, contre 48 % en 2015.

Si cette baisse de « consommation » concerne tous les âges de 15 à 48 ans, elle est la plus forte parmi les femmes entre 21 et 31 ans. Jusqu'à 21 ans, la contraception est en effet automatiquement remboursée par la sécurité sociale.

La ...

Lire la suite

L’offre illimitée de contraception d’urgence, sans effets pervers ?

L’offre illimitée de contraception d’urgence, sans effets pervers ?

- Contraception

Alors que la grande majorité des médicaments connaît d'importantes restrictions lorsqu'ils sont commercialisés en vue d'éviter toute consommation inappropriée ou abusive, une exception existe : les "médicaments" de contraception d'urgence (MCU), qui peuvent aussi se révéler être abortifs.

En plus d'être anonyme, la distribution de MCU est gratuite pour les mineures depuis l'an 2000 en France. Elle est disponible sur demande en pharmacie et infirmerie d'école.

En Belgique, elle est en vente l...

Lire la suite

Belgique : enquête sur la contraception

Belgique : enquête sur la contraception

- Contraception

Une enquête sur la contraception a récemment été réalisée en Belgique par Solidaris, sur des individus âgés de 14 à 55 ans. Certains résultats interpellent. Tout d'abord, tandis que la popularité de l'implant, du patch et du stérilet augmente, on observe une remise en cause de certains moyens contraceptifs tels que la pilule ou le préservatif masculin. Alors que 96% des femmes (9% de plus qu'en 2010) disent prendre la pilule, on perçoit aujourd'hui une baisse de la satisfaction par rapport à c...

Lire la suite