De pil beu?

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Contraception

Actualités

Publié le : 23/11/2012

Ik hou niet van de gedachte om gedurende 40 jaar hormonen in te nemen  om er dan nadien gedurende de menopauze nog te nemen.  Dit is tegennatuurlijk”  (…)
Vooral het risico van kanker en van problemen met de bloedsomloop doet de vrouwen deze methode ontvluchten.
Orale contraceptiva vermeerderen inderdaad het risico op borstkanker, baarmoederhalskanker en leverkanker en dit met een stijgende weerslag, naarmate de duur van de inname. Ze verminderen daarentegen het risico op kanker van het baarmoederslijmvlies en van de eierstokken.
Het risico van aandoeningen in de bloedsomloop, verbonden aan het innemen van de pil  is daarentegen verdubbeld : het treft 4 vrouwen op 10.000, die de pillen “van de derde generatie” nemen. Ter verduidelijking : deze bevatten nieuwe progestatieven namelijk  gestodène of désogestrel.
Het Franse ministerie van gezondheid vond dit een voldoende reden om vanaf september 2013  deze pillen niet meer terug te betalen.
 


Articles similaires

CONTRACEPTION

- Contraception

o    Belgique : plus de 10 millions d'euros consacrés par an par l'INAMI pour les moyens contraceptifs

o    Belgique : risques potentiels de la pilule du lendemain

o    Pays-Bas : imposer la contraception aux femmes jugées incompétentes

Lire la suite

Contraception : résultats belges d’une étude internationale CHOICE

Contraception : résultats belges d’une étude internationale CHOICE

- Contraception

En dépit de la disponibilité de différentes formes fiables de contraceptifs, le nombre d'avortements enregistrés en Belgique continue d'augmenter au fil des ans. En l'espace de 15 ans, on a observé une augmentation de 44%, explique le Dr Weyers.
Parmi les chiffres clefs donnés par l'Etude CHOICE, la Belgique dispose du nombre le plus élevé d'utilisatrices de la pilule (67,4% vs 41,8% en moyenne) et du nombre le plus faible d'utilisateurs de préservatifs (5,3% vs 25,2% en moyenne).
Et toujours ...

Lire la suite

Pilule du lendemain et maladies sexuellement transmissibles (MST)

Pilule du lendemain et maladies sexuellement transmissibles (MST)

- Contraception

Contredisant dans les faits  les politiques gouvernementales actuelles en matière de santé publique, une étude menée par Sourafel Girma et David Paton, publiée dans le Journal of Health Economics,  révèle que proposer en vente libre la pilule du lendemain (qui a une visée abortive), ne contribue absolument pas à diminuer le nombre de grossesses non désirées. Ces deux professeurs de l'Université de Nottingham ont comparé les régions britanniques où la pilule du lendemain est en vente libre dans...

Lire la suite