Contraception : résultats belges d’une étude internationale CHOICE

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Contraception

Actualités

Publié le : 18/02/2013

En dépit de la disponibilité de différentes formes fiables de contraceptifs, le nombre d'avortements enregistrés en Belgique continue d'augmenter au fil des ans. En l'espace de 15 ans, on a observé une augmentation de 44%, explique le Dr Weyers.
Parmi les chiffres clefs donnés par l'Etude CHOICE, la Belgique dispose du nombre le plus élevé d'utilisatrices de la pilule (67,4% vs 41,8% en moyenne) et du nombre le plus faible d'utilisateurs de préservatifs (5,3% vs 25,2% en moyenne).
Et toujours selon cette étude, le risque en Belgique qu'une femme subisse un avortement s'élève à 1 sur 6.
Source : Médi-Sphère, 27/12/2012


Articles similaires

CONTRACEPTION

- Contraception

o    Belgique : plus de 10 millions d'euros consacrés par an par l'INAMI pour les moyens contraceptifs

o    Belgique : risques potentiels de la pilule du lendemain

o    Pays-Bas : imposer la contraception aux femmes jugées incompétentes

Lire la suite

Belgique : enquête sur la contraception

Belgique : enquête sur la contraception

- Contraception

Une enquête sur la contraception a récemment été réalisée en Belgique par Solidaris, sur des individus âgés de 14 à 55 ans. Certains résultats interpellent. Tout d'abord, tandis que la popularité de l'implant, du patch et du stérilet augmente, on observe une remise en cause de certains moyens contraceptifs tels que la pilule ou le préservatif masculin. Alors que 96% des femmes (9% de plus qu'en 2010) disent prendre la pilule, on perçoit aujourd'hui une baisse de la satisfaction par rapport à c...

Lire la suite

Pays-Bas : imposer la contraception aux femmes jugées incompétentes

Pays-Bas : imposer la contraception aux femmes jugées incompétentes

- Contraception

L'échevin à l'Education, à la Jeunesse et aux Soins, de la ville de Rotterdam, Hugo de Jonge, du parti démocrate-chrétien CDA, a fait une proposition conseil communal afin d'imposer la contraception à certaines femmes. La mesure concernerait entre dix et vingt femmes par an, des femmes aux problèmes psychiatriques ou de dépendance, mentalement déficientes, sans abri ou qui travaillent dans la prostitution. Elles seraient ainsi jugées inaptes à avoir un enfant. 
Hugo de Jonge entend ainsi régle...

Lire la suite