Belgique : risques potentiels de la pilule du lendemain

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Contraception

Actualités

Publié le : 12/10/2016

Un courrier DHPC (Direct Health Care Professionnal Communications), diffusé sous l'autorité de l'AFMPS (Agence fédérale des médicaments et des produits de santé), a récemment été envoyé aux professionnels de la santé afin de les informer de risques potentiels liés à l'utilisation du lévonorgestrel (Norlevo) ainsi que des recommandations pour limiter ces risques.

Mieux connu sous le nom de « Pilule du lendemain », le Levonorgestrel (LNG) fabriqué par la firme Mithra à Liège (Postinor) et par Sandoz (Levodonna) à Vilvoorde, est un produit qui a pour but d'empêcher la survenue d'une grossesse après un rapport sexuel. Il doit être pris endéans les 72 heures qui suivent un rapport sexuel non protégé ou en cas d'échec d'une méthode contraceptive.
Outre le fait de mentionner que la pilule du lendemain ne marche pas toujours, la mise en garde publiée souligne que certains médicaments réduisent encore son efficacité et que dans ces cas, il convient de doubler la dose de LNG. Mais là encore, son efficacité n'est pas garantie.
Le courrier invite les médecins à suivre les patientes concernées car « il est d'autant plus impératif de mettre fin à la grossesse que ces médicaments pourraient avoir un effet tératogène », c'est-à-dire susceptible de provoquer des malformations chez les enfants dont la mère a été traitée pendant la grossesse.
A noter que la pilule du lendemain est en vente libre dans les pharmacies et gratuite pour les jeunes de moins de 21 ans, et peut être obtenue sans prescription médicale.

A noter que lorsqu'il a fallu décider de rendre ce produit disponible, plusieurs personnalités politiques dont le Dr. Patrik Vankrunkelsven  et Mia De Schamphelaere se sont prononcés pour un accompagnement personnalisé qui serait assuré soit par les médecins, soit par les pharmaciens, vu la malignité potentielle d'un tel produit.
(Voir leurs interventions ICI ) Force est de constater que cela n'est plus d'actualité.

Source : AFMPS 


Articles similaires

Contre la pilule abortive en vente libre

Contre la pilule abortive en vente libre

- Contraception

La gynécologue et sénatrice Marleen Temmerman (sp.a) indique que si l'utilisation de la méthode médicamenteuse est une alternative "sûre" (sic) dans les premières semaines de grossesse, elle n'est pas du tout favorable à ce que les pilules abortives soient disponibles en vente libre afin de favoriser un temps de réflexion, et d'éviter les complications médicales et surtout psychologiques que l'avortement peut engendrer. "Il est important que les femmes soient accompagnées et informées sur ce q...

Lire la suite

Pilule du lendemain et maladies sexuellement transmissibles (MST)

Pilule du lendemain et maladies sexuellement transmissibles (MST)

- Contraception

Contredisant dans les faits  les politiques gouvernementales actuelles en matière de santé publique, une étude menée par Sourafel Girma et David Paton, publiée dans le Journal of Health Economics,  révèle que proposer en vente libre la pilule du lendemain (qui a une visée abortive), ne contribue absolument pas à diminuer le nombre de grossesses non désirées. Ces deux professeurs de l'Université de Nottingham ont comparé les régions britanniques où la pilule du lendemain est en vente libre dans...

Lire la suite

Belgique : rembourser le stérilet et les patchs contraceptifs

Belgique : rembourser le stérilet et les patchs contraceptifs

- Contraception

Affirmant que, si la contraception n'est pas efficace, c'est parce qu'elle est mal utilisée, le Dr. Anne Verougstraete, qui pratique elle-même des avortements, plaide pour des moyens contraceptifs plus efficaces et fiables, et qui ne dépendent pas d'un oubli de la femme.
Or, le stérilet (qui a un effet potentiellement abortif) ou le patch contraceptif coûtent environ 150 euros et ne sont pas remboursés. Même si pour les jeunes filles de moins de 21 ans, la première utilisation est gratuite, le...

Lire la suite